L’ex-dirigeant exilé Saakachvili a simulé un retour en Géorgie : Autorités | Nouvelles

L’ex-dirigeant exilé Saakachvili a simulé un retour en Géorgie : Autorités | Nouvelles
L’ex-dirigeant exilé Saakachvili a simulé un retour en Géorgie : Autorités | Nouvelles

Mikheil Saakashvili, l’ancien président géorgien, a déclaré à ses partisans qu’il était de retour dans le pays malgré la menace de prison et les a exhortés à voter pour l’opposition lors des prochaines élections municipales – mais le parti au pouvoir l’a accusé d’avoir simulé son retour.

Le ministère géorgien de l’Intérieur a déclaré vendredi à la chaîne indépendante Formula TV que « Saakachvili n’a pas franchi la frontière de l’État géorgien ».

Saakachvili, qui est basé en Ukraine, a annoncé plus tôt cette semaine son intention de rentrer chez lui pour les élections locales de samedi afin d’aider à « sauver le pays » et a appelé à des manifestations de rue après les élections.

Le Premier ministre géorgien Irakli Garibashvili a déclaré que Saakachvili serait arrêté s’il revenait.

Saakashvili, qui a pris le pouvoir en Géorgie après un soulèvement pacifique connu sous le nom de Révolution des roses en 2003, considère que les charges retenues contre lui, qui prétendent être un abus de pouvoir et une dissimulation, sont motivées par des considérations politiques.

« Bonjour, Géorgie ! »

Vendredi, il a publié un message sur les réseaux sociaux qui disait : « Bonjour, Géorgie ! De Géorgie huit ans plus tard !

Il a ensuite posté une vidéo filmée la nuit de ce qu’il a dit être la ville géorgienne de Batumi et a appelé ses partisans à voter pour son parti Mouvement national uni ou pour tout petit parti qui s’oppose au parti au pouvoir Georgian Dream.

« Tout le monde doit aller aux urnes et voter, et le 3 octobre, nous devons remplir la Place de la Liberté. S’il y a 100 000 personnes, personne ne peut nous vaincre », a-t-il déclaré.

« Vous voyez, j’ai tout risqué, ma vie, ma liberté, tout pour venir ici. Je ne veux qu’une chose de vous : aller aux urnes », a-t-il déclaré.

Irakli Kobakhidze, président de Georgian Dream, a accusé Saakashvili d’avoir truqué la vidéo et a déclaré qu’il n’était pas dans le pays.

« Quant à Saakachvili : 1. Saakachvili n’est pas en Géorgie ; 2. Cette personne est un ‘clown’, nous vous l’avons dit hier, avant-hier, et cela a été confirmé par lui ; 3. J’aimerais qu’il soit en Géorgie, dans ce cas, toute la société verrait quel genre de “clown” est Mikheil Saakashvili et cela mettrait fin à la laideur qui existe dans la politique géorgienne, y compris en termes de polarisation », a-t-il déclaré.

« Mikheil Saakashvili n’est pas à Batoumi, la vidéo de Mikheil Saakashvili n’est pas enregistrée en Géorgie, c’est ce que je peux vous dire hardiment », a ajouté Kobakhidze.

Une épreuve clé

Les tensions entre Georgian Dream et l’opposition se sont intensifiées depuis les élections législatives de l’année dernière qui, selon les opposants au gouvernement, ont été truquées.

Des observateurs internationaux ont déclaré à l’époque que l’élection avait été compétitive et que les libertés fondamentales avaient généralement été respectées.

Les élections municipales de samedi sont considérées comme un test clé pour le parti au pouvoir de plus en plus impopulaire.

 
For Latest Updates Follow us on Google News
 

PREV Les images Saildrone de la tempête de catégorie 4 vous donneront le mal de mer
NEXT Les Nigérians manifestent et demandent la démission de Buhari
----