Après le Brexit, des milliers de camionneurs étrangers sont rentrés chez eux. Maintenant, la Grande-Bretagne veut les récupérer.

Après le Brexit, des milliers de camionneurs étrangers sont rentrés chez eux. Maintenant, la Grande-Bretagne veut les récupérer.
Après le Brexit, des milliers de camionneurs étrangers sont rentrés chez eux. Maintenant, la Grande-Bretagne veut les récupérer.

LONDRES – Confronté à des stations-service sèches et à des étagères d’épicerie nues, le gouvernement britannique offre 5 000 visas temporaires aux chauffeurs routiers étrangers pour éviter une crise imminente avant Noël.

Mais malgré cette offre potentiellement lucrative, de nombreux camionneurs qui ont quitté le pays après sa sortie de l’Union européenne disent qu’ils n’ont pas l’intention d’aider à résoudre un problème attisé en partie par les conséquences du Brexit.

Artur Jarzebski dit qu’il ne travaillera pas au Royaume-Uni car il ne se sent plus le bienvenu dans la Grande-Bretagne post-Brexit.

“La société anglaise a décidé que le peuple polonais ne valait pas assez pour rester au Royaume-Uni”, a déclaré Jarzebski, 42 ans, un camionneur polonais qui a passé une décennie à travailler de longues heures sur les autoroutes britanniques. “Après le Brexit, les conducteurs polonais se sentent indésirables par le marché britannique.”

Le Royaume-Uni est confronté aux mêmes problèmes de chaîne d’approvisionnement que les États-Unis et l’Europe. Les camionneurs plus âgés prennent leur retraite et les jeunes, peut-être en train de réévaluer leur vie au milieu de la pandémie de Covid-19, ne veulent pas travailler de longues heures ou reprendre la vie sur la route, ce qui est solitaire et peu propice aux relations sociales.

Un étudiant d’un centre de formation aux poids lourds à Croydon, en Angleterre, ce mois-ci.Léon Neal / Getty Images

Le virus a aggravé les choses, retardant les tests pour les nouveaux conducteurs et rendant plus difficile le transport de marchandises d’un pays à l’autre. Mais le Royaume-Uni est pressé par un autre facteur : le Brexit.

Après le vote, environ 20 000 camionneurs sont retournés en Europe et ne sont jamais revenus.

Le Royaume-Uni manque actuellement d’environ 100 000 chauffeurs de camion, selon des responsables de l’industrie. Ces derniers jours, cela s’est traduit par des lignes sinueuses à l’extérieur des stations-service, car il n’y a pas assez de chauffeurs agréés pour livrer le carburant des raffineries. Le problème a été aggravé par l’achat de panique.

Certaines étagères de supermarchés sont également vides, avec une pénurie de travailleurs dans le secteur de la transformation alimentaire, également en partie due au Covid et à l’exode du Brexit, qui commence à se faire sentir.

Artur Jarzebski.Avec l’aimable autorisation d’Artur Jarzebski

Signe de la gravité des choses, le gouvernement britannique déploiera l’armée pour conduire des pétroliers “dans les prochains jours”, a déclaré mercredi à la presse le secrétaire aux affaires Kwasi Kwarteng.

Le gouvernement essaie également d’accélérer la formation des conducteurs. Et il offre les 5 000 visas temporaires pour les trois mois jusqu’au 24 décembre, ainsi que 5 500 visas pour les travailleurs de la volaille.

Téléchargez l’application NBC News pour les dernières nouvelles et la politique

Pour les critiques du Brexit, il y a une certaine ironie dans tout cela. Le vote en faveur de la sortie de l’UE a été motivé en partie par le désir de freiner l’immigration et d’empêcher autant de travailleurs étrangers que possible de concourir pour des emplois britanniques. Maintenant, le Royaume-Uni est en difficulté et il veut que les travailleurs étrangers le sauvent.

La demande a fait grimper les salaires des camionneurs. Mais de nombreux conducteurs européens disent que le bouleversement de déménager dans un autre pays en dehors de l’UE pendant trois mois n’en vaut pas la peine. D’autres sont mécontents que ce n’est que maintenant que leur rôle crucial dans la chaîne d’approvisionnement est reconnu après avoir été tenu pour acquis pendant des décennies.

Des camions de fret s’alignent sur l’autoroute M20 près du port de Douvres en décembre.Andrew Aitchison / Fichier Getty Images

Outre le sentiment que le Brexit a révélé le côté peu accueillant de la Grande-Bretagne, certains conducteurs sont également marqués par le souvenir de ce qui s’est passé à Noël dernier : plus de 6 000 camions bloqués devant le port anglais de Douvres après que la France a fermé sa frontière pour tenter de contenir la variante Kent de Covid.

Des milliers de chauffeurs ont été contraints de dormir dans leur taxi le jour de Noël.

“J’ai des amis de Lituanie et de République tchèque, et ce qu’ils m’ont dit, c’est qu’il ne sert à rien de venir travailler avec un visa de trois mois”, a déclaré Mateusz Ozimek, 31 ans, un camionneur né à Cracovie, en Pologne, et vit maintenant à Londres. “L’argent est assez décent, mais la façon dont ils nous ont traités à Noël dernier ne sera pas oubliée.”

“Vous devez vous rappeler que les conducteurs passent la plupart de leur temps seuls. Ils se souviennent toujours quand quelqu’un leur a fait quelque chose de mal”, a-t-il ajouté.

Mateusz Ozimek.Courtoisie / Mateusz Ozimek

Bien que de nombreuses personnalités et experts du secteur affirment que le Brexit a exacerbé la crise, la plupart s’accordent à dire qu’il ne s’agit que d’une cause parmi plusieurs.

Aux États-Unis, le nombre de personnes travaillant dans l’industrie du camionnage a également chuté lorsque la pandémie a frappé, selon le Bureau of Labor Statistics. Cela s’est depuis rétabli, mais la main-d’œuvre est toujours inférieure d’environ 26 000 travailleurs à ses niveaux d’avant la pandémie.

Il en est de même en Europe. La Grande-Bretagne pourrait avoir du mal à remplir ses 5 000 visas temporaires avec des chauffeurs européens, car la réalité est qu’il existe également des pénuries sur le continent, selon Benoit Lefere, porte-parole de l’UPTR, un syndicat belge de la logistique.

“Le Brexit signifie que le Royaume-Uni est confronté à ce problème maintenant – mais l’Europe sera confrontée au même problème, quelques années plus tard”, a-t-il déclaré. “Peut-être que d’ici là, le Royaume-Uni aura trouvé une solution.”

 
For Latest Updates Follow us on Google News
 

PREV La règle obligatoire du vaccin COVID-19 est désormais en place pour les premiers agents de santé de première ligne de WA
NEXT Les Nigérians manifestent et demandent la démission de Buhari
----