Un descendant de tsars devient le premier royal à se marier en Russie depuis la révolution

Un descendant de tsars devient le premier royal à se marier en Russie depuis la révolution
Un descendant de tsars devient le premier royal à se marier en Russie depuis la révolution

SAINT-PÉTERSBOURG, Russie (Reuters) – Un descendant de l’ancienne famille impériale russe a épousé vendredi son épouse italienne lors du premier mariage royal à avoir lieu sur le sol russe depuis l’époque tsariste il y a plus d’un siècle.

Le grand-duc George Mikhaïlovitch Romanov s’est marié avec Victoria Romanovna Bettarini, une Italienne, à la cathédrale Saint-Isaac de l’ancienne capitale impériale de la Russie, Saint-Pétersbourg.

Le clergé orthodoxe russe a dirigé la cérémonie élaborée, sous les yeux de centaines d’invités, dont la mère du marié, la grande-duchesse Maria Vladimirovna de Russie – l’héritière autoproclamée du trône impérial de Russie – et plus d’une douzaine de membres de la famille royale européenne.

L’arrière-grand-père de George Mikhailovich, le grand-duc Kirill Vladimirovitch, a fui la Russie pendant la révolution bolchevique de 1917, s’enfuyant d’abord en Finlande puis s’installant avec sa famille en Europe occidentale.

Le dernier tsar de Russie, Nicolas II, sa femme et ses cinq enfants ont été assassinés par un peloton d’exécution révolutionnaire en juillet 1918, dans la cave d’une maison de marchand à Ekaterinbourg, une ville à 1 450 km (900 miles) à l’est de Moscou.

George Mikhailovich, 40 ans, est né à Madrid et a vécu la majeure partie de sa vie en Espagne et en France.

Bettarini, 39 ans, qui s’est convertie à la foi orthodoxe russe l’année dernière et a pris le nom de Victoria Romanovna, a été conduite à l’autel par son père, Roberto Bettarini, qui a servi dans la diplomatie italienne.

George Mikhailovich a visité la Russie pour la première fois en 1992 et a déménagé à Moscou en 2019, où il travaille sur un certain nombre de projets caritatifs.

La dynastie des Romanov a dirigé la Russie pendant plus de 300 ans avant que Nicolas II n’abdique au début de 1917, mettant le pays sur la voie de la révolution bolchevique en novembre de la même année, de la guerre civile et de 70 ans de régime communiste.

L’Église orthodoxe russe a canonisé en 2000 Nicolas II, qui avait été décrit comme un dirigeant faible par les autorités soviétiques.

(Reportage par Maria Vasilyeva ; Écriture par Alexander Marrow ; Montage par Gareth Jones)

 
For Latest Updates Follow us on Google News
 

PREV Une nouvelle recherche révèle qu’il est possible de combler la fracture des services urbains ? Peut créer des villes plus équitables et durables
NEXT La nouvelle variante COVID pourrait être 10 % plus infectieuse que Delta ; Cas Faible
----