Le HCR appelle à la fin des arrestations de demandeurs d’asile en Libye et appelle à la reprise urgente des vols humanitaires

Télécharger le logo

Nous sommes de plus en plus alarmés par la situation humanitaire des demandeurs d’asile et des réfugiés en Libye. À la suite d’une opération de sécurité à grande échelle menée par les autorités libyennes la semaine dernière, des arrestations et des raids ont eu lieu dans de nombreux quartiers de Tripoli, ciblant des zones où vivent des demandeurs d’asile et des migrants.

Au moins une personne aurait été tuée et 15 autres auraient été blessées. Plus de 5 000 personnes ont été arrêtées et détenues dans plusieurs centres de détention dans des conditions surpeuplées et insalubres. Parmi ceux-ci, plusieurs avaient été prioritaires pour des vols d’évacuation ou de réinstallation au départ de la Libye.

Les raids, qui ont également impliqué la démolition de nombreux bâtiments inachevés et de maisons de fortune, ont semé la panique et la peur parmi les demandeurs d’asile et les réfugiés dans la capitale. Beaucoup, y compris des enfants non accompagnés et des jeunes mères, qui avaient perdu leurs abris et sont maintenant sans abri, ont contacté le personnel et les partenaires du HCR au Centre de jour communautaire (CDC) pour obtenir une aide d’urgence.

À la suite des raids et de la détérioration des conditions, nous avons vu des foules croissantes de demandeurs d’asile manifester devant le CDC à Tripoli, appelant à l’évacuation de la Libye et à la réinstallation. Le HCR et ses partenaires ont pu fournir une assistance aux demandeurs d’asile, notamment de la nourriture, d’autres articles de secours et de l’argent d’urgence au début de la crise.

Mais ces derniers jours, l’escalade des tensions dans la foule, entraînant des blessures chez deux membres du personnel partenaires, et l’entrave à l’accès d’autres demandeurs d’asile ayant un besoin urgent d’aide, nous a incités à suspendre temporairement les services réguliers du centre.

Nous continuons d’appeler les autorités à : respecter à tout moment les droits humains et la dignité des demandeurs d’asile et des réfugiés, mettre fin à leurs arrestations et libérer les personnes détenues, y compris celles qui devaient partir pour des vols d’évacuation et de réinstallation.

Nous renouvelons notre appel aux autorités libyennes pour qu’elles autorisent la reprise des vols humanitaires hors du pays, suspendus depuis près d’un an.

La suspension des vols humanitaires a conduit plusieurs pays de réinstallation à informer le HCR qu’ils ne peuvent plus recevoir de demandes de réinstallation supplémentaires de la Libye pour 2021. Cela entraînera la perte de 162 places sur des vols de réinstallation directs au départ de la Libye. Au total, il est prévu que près de 1 000 créneaux de réinstallation ne seront pourvus ni depuis la Libye ni via les Mécanismes de Transit d’Urgence (MTE) au Rwanda et au Niger. L’ETM permet au HCR d’évacuer les personnes hors de Libye, puis de traiter leurs demandes de solutions à long terme.

Les vols ont été une bouée de sauvetage pour les demandeurs d’asile et les réfugiés en Libye.

Distribué par APO Group au nom du Haut Commissariat des Nations Unies pour les réfugiés (HCR).

Vous venez de lire :

Nouvelles fournies par

08 octobre 2021, 16:10 GMT


La priorité d’EIN Presswire est la transparence de la source. Nous n’autorisons pas les clients opaques et nos éditeurs essaient de faire attention à éliminer les contenus faux et trompeurs. En tant qu’utilisateur, si vous voyez quelque chose que nous avons manqué, veuillez le porter à notre attention. Votre aide est la bienvenue. EIN Presswire, Every’s Internet News Presswire™, essaie de définir certaines des limites qui sont raisonnables dans le monde d’aujourd’hui. Veuillez consulter nos directives éditoriales pour plus d’informations.

Soumettez votre communiqué de presse

 
For Latest Updates Follow us on Google News
 

PREV Un couple texan arrêté après que les restes du fils de 8 ans d’une femme ont été retrouvés avec ses frères et sœurs à la maison – National
NEXT MISE À JOUR: Suspect en détention après qu’un employé a été retrouvé mort au siège de Jamis
----