G20 : les dirigeants mondiaux conviennent d’un accord historique sur la fiscalité des entreprises

Le sommet du G20 de Rome donnera le ton au sommet sur le climat COP26 à Glasgow, qui se tiendra immédiatement après

Les dirigeants des 20 principales économies du monde ont approuvé un accord mondial qui verra les bénéfices des grandes entreprises taxés d’au moins 15 %.

Il s’ensuit que les entreprises multinationales redirigent leurs bénéfices vers des juridictions à faible imposition.

Le pacte a été approuvé par tous les dirigeants participant au sommet du G20 à Rome.

Le changement climatique et Covid sont également à l’ordre du jour du sommet, qui est le premier rassemblement en personne des dirigeants depuis le début de la pandémie.

Le groupe du G20 – composé de 19 pays et de l’Union européenne – est cependant court de deux, le chinois Xi Jinping et le russe Vladimir Poutine ayant choisi d’apparaître par liaison vidéo.

L’accord fiscal, qui a été proposé par les États-Unis, devrait être officiellement adopté dimanche, selon l’agence de presse Reuters, et sera appliqué d’ici 2023.

La secrétaire américaine au Trésor, Janet Yellen, a déclaré que l’accord historique était un “moment critique” pour l’économie mondiale et qu’il “mettra fin au nivellement par le bas dommageable de la fiscalité des entreprises”.

Elle a écrit sur Twitter que les entreprises et les travailleurs américains bénéficieraient de l’accord même si de nombreuses méga-entreprises basées aux États-Unis devraient payer plus d’impôts.

Le sommet du G20 précède le sommet très attendu de la COP26 sur le changement climatique à Glasgow qui débute lundi. Ce qui se passe au G20 pourrait donner le ton à la COP26, avec de fortes divisions entre les pays sur leurs engagements à lutter contre le changement climatique.

Le Premier ministre italien Mario Draghi a ouvert le sommet du G20 de deux jours avec un message d’unification, déclarant aux dirigeants mondiaux que « faire cavalier seul n’est tout simplement pas une option. Nous devons faire tout notre possible pour surmonter nos différences ».

Il y a de plus en plus d’avertissements d’experts pour l’avenir si des mesures urgentes ne sont pas prises pour réduire les émissions de carbone.

S’adressant à la BBC, le Premier ministre britannique Boris Johnson a décrit le changement climatique comme “la plus grande menace pour l’humanité”, affirmant qu’il représentait un “risque pour la civilisation de reculer fondamentalement”.

Cependant, il a reconnu que ni la réunion du G20 ni la COP26 n’arrêteraient le réchauffement climatique, mais pourraient, si les bonnes mesures étaient prises, « restreindre la croissance de la température de la planète ».

Selon l’agence de presse Reuters, un projet de communiqué décrit une promesse du G20 de s’efforcer de limiter la hausse des températures à 1,5 ° C (2,7 ° F), affirmant que cela “exigera des actions significatives et efficaces de tous les pays”.

Le projet note également la nécessité pour “les pays développés de mobiliser 100 milliards de dollars (73 milliards de livres sterling) par an auprès de sources publiques et privées jusqu’en 2025 pour répondre aux besoins des pays en développement” afin qu’ils puissent lutter contre le changement climatique – une promesse que les pays riches n’ont pas tenu depuis 2009, date à laquelle il a été initialement promis.

Un message à l’Iran

Séparément, les dirigeants des États-Unis, de l’Allemagne, de la France et du Royaume-Uni se sont rencontrés pour discuter de leur « inquiétude grave et croissante » concernant les activités nucléaires de l’Iran. L’Iran ne fait pas partie du forum du G20.

Dans une déclaration conjointe, les nations ont déclaré que si l’Iran poursuivait ses avancées nucléaires, cela mettrait en péril la possibilité de revenir à l’accord nucléaire de 2015 avec les États-Unis et de lever les sanctions économiques.

Ils ont exhorté le président iranien Ebrahim Raisi à « changer de cap… pour éviter une escalade dangereuse ».

L’ancien président américain Donald Trump a abandonné l’accord en 2018, rétablissant des sanctions sévères contre l’Iran. Depuis lors, l’Iran a accru ses activités nucléaires, violant une grande partie du pacte multinational.

Les pourparlers avec Téhéran – qui sont au point mort depuis des mois – devraient reprendre en novembre.

 
For Latest Updates Follow us on Google News
 

PREV Une figurine rare de “Star Wars” vendue plus de 12 000 $ aux enchères
NEXT COVID-19 dans le Maryland | 1 866 nouveaux cas en 24 heures – Fox Baltimore
----