Breaking news

Libéria : les dirigeants d’Amujae promettent un changement pour les femmes dans le leadership public

Des femmes dirigeantes de tout le continent africain ont conclu une réunion de trois jours du deuxième forum de leadership d’Amujae organisé à Monrovia par le Centre présidentiel Ellen Johnson Sirleaf pour les femmes et le développement (EJS Center), promettant de changer le paysage des femmes dans le leadership public.

Au cours du forum qui a culminé le dimanche 31 octobre 2021, les dirigeants d’Amujae ont partagé leurs stratégies de renforcement de la résilience et se sont encouragés mutuellement à persévérer dans la poursuite de leurs objectifs.

Lors de la conférence de presse qui a suivi le point culminant du forum dimanche, l’ancienne présidente du Libéria, Mme Ellen Johnson – Sirleaf, s’est adressée aux médias aux côtés de l’ancien ambassadeur des États-Unis au Libéria et désormais président du conseil d’administration de l’EJS Presidential Foundation, l’Amb. Déborah Malac ; et la directrice exécutive du Centre présidentiel de l’EJS, le Dr Ophelia Inez Weeks.

Partageant la plate-forme avec Mme Sirleaf se trouvaient également Mme Yawa Hansen -Quao, une dirigeante d’Amujae 2020 du Ghana ; Madame Fatoumatta Njai, leader Amujae 2021 de la Gambie ; Umra Omar, leader Amujae 2021 du Kenya et Ghada Labib, leader Amujae 2021 d’Egypte.

Lors de la conférence de presse, Mme Sirleaf a déclaré que lorsqu’elle avait accepté le prix Mo Ibrahim pour le leadership en avril 2019, elle s’était engagée à faire ce qu’elle pouvait pour promouvoir les femmes au leadership.

“Et depuis ce temps, un an plus tard, nous avons pu créer l’Ellen Johnson – Sirleaf pour les femmes et le développement”, a déclaré Mme Sirleaf.

Elle a expliqué que l’institution et la mission sont de promouvoir les femmes qui se sont déjà engagées dans le leadership et ont atteint un certain niveau de leadership et de les aider à accéder à des postes de direction plus élevés.

Elle a cité certaines valeurs qui accompagnent le leadership des femmes, notamment le respect des droits humains et la garantie d’une égalité et d’une équité totales dans le monde.

Elle a noté qu’en fonction de leurs ressources, ils ont décidé d’augmenter le nombre de femmes annuellement, annonçant un objectif de 50 femmes par an.

Ancien ambassadeur des États-Unis au Libéria et maintenant président du conseil d’administration de l’EJS Presidential Foundation, l’Amb. Deborah Malac a déclaré que voir la vision du Centre EJS se faire jour et créer des femmes leaders non seulement au Libéria ou en Afrique de l’Ouest, mais à travers le continent, est quelque chose de très excitant et absolument nécessaire.

L’ancienne diplomate américaine qui a terminé sa mission au Libéria en décembre 2015 a déclaré qu’elle avait eu le privilège au cours des dernières années de voir de ses propres yeux le type d’inspiration ou d’impact que l’ancienne présidente Sirleaf a sur les femmes au Libéria.

Amb. Malac a déclaré que c’était une merveilleuse opportunité d’être de retour au Libéria, qu’elle considère comme sa deuxième maison.

En tant que président du conseil d’administration de la Fondation présidentielle EJS aux États-Unis, l’Amb. Malac a déclaré qu’ils s’étaient mis en place pour soutenir de toutes les manières possibles afin de garantir que cette vision ne meurt pas.

Dr. Ophelia Inez Weeks, directrice exécutive du Centre présidentiel de l’EJS, a expliqué que la mission du Centre est de soutenir les femmes qui sont déjà des leaders à leur manière et qui sont en train de progresser.

Consciente que tout cheminement se heurtera à des obstacles, le Dr Weeks a déclaré que le Centre est là pour fournir aux femmes le soutien, le mentorat et l’encadrement nécessaires pour s’assurer qu’elles atteignent leurs objectifs.

“Nous sommes également là pour défier les obstacles qui empêchent les femmes d’aller là où elles sont censées aller. Nous sommes donc là pour soutenir et nous sommes là pour défier, c’est notre mission”, a déclaré le Dr Weeks.

De plus, elle a déclaré que la vision de la mission est que lorsqu’ils fournissent ce type de soutien, il y aura plus de femmes dans le leadership et plus de voix qui représentent à la fois les hommes et les femmes et sont capables de résoudre les problèmes qui affectent les deux sexes.

Actuellement, a déclaré le Dr Weeks, le Centre a des représentants à Amujae dans les cinq régions africaines représentant 16 pays, et qu’il y a 30 dirigeants d’Amujae.

Elle a déclaré qu’un autre plan consiste à construire un centre présidentiel qui comprend également une bibliothèque, une salle exécutive, un espace de conférence ou de réunion, ainsi que des expositions et des archives de l’ancienne présidente Sirleaf sur ses voyages personnels et présidentiels.

En outre, le Dr Weeks a déclaré qu’un aspect très important et stratégique du plan est la communication et la recherche qui visent à garantir qu’il existe des informations correctes sur les femmes.

Madame Yawa Hansen -Quao, une dirigeante d’Amujae 2020 du Ghana, a déclaré que faire partie du programme Amujae est une expérience émergente pour elle personnellement et professionnellement, affirmant qu’elle a pu apprendre de toutes les femmes dirigeantes distinguées à travers toutes les interactions qu’elles ont eues virtuellement. pendant COVID-19 et au-delà.

Elle a remercié toute l’équipe du Centre d’avoir réuni tous les leaders distingués, affirmant qu’il a conçu une intervention holistique axée sur ce qu’ils feront et qui ils seront.

Madame Fatoumatta Njai, dirigeante d’Amujae 2021 de la Gambie, a raconté le processus rigoureux auquel elle a été confrontée pour être sélectionnée comme les autres dirigeants d’Amujae, remerciant le Centre présidentiel EJS de lui avoir donné l’opportunité à travers le leadership d’Amujae de partager des expériences avec d’autres dirigeants et d’apprendre les uns des autres. .

Madame Umra Omar, dirigeante d’Amujae 2021 du Kenya, et Mme Ghada Labib, dirigeante d’Amujae 2021 d’Égypte, dans des déclarations séparées, ont exprimé leurs humbles remerciements de s’asseoir avec la première femme présidente élue d’Afrique et d’autres dirigeants du Forum Amujae.

Inscrivez-vous gratuitement aux newsletters AllAfrica

Recevez les dernières actualités africaines directement dans votre boîte de réception

Succès!

Presque fini…

Nous devons confirmer votre adresse e-mail.

Pour terminer le processus, veuillez suivre les instructions dans l’e-mail que nous venons de vous envoyer.

Erreur!

Un problème est survenu lors du traitement de votre soumission. Veuillez réessayer plus tard.

L’Initiative Amujae est le programme phare du Centre EJS qui prépare les femmes à exceller dans les plus hauts échelons du leadership public et à amener d’autres femmes.

Issu d’un large éventail d’horizons personnels et professionnels, les dirigeants d’Amujae comprennent des membres du parlement, un gouverneur, un maire et plusieurs ministres de 16 pays à travers l’Afrique.

Elles ont été sélectionnées grâce à un processus de candidature rigoureux parmi des centaines de candidats et elles ont chacune un bilan de réalisations démontrables dans la vie publique et une volonté d’élever les femmes et les filles africaines.

Le forum de cette année était le premier rassemblement des dirigeants d’Amujae depuis le lancement officiel le 8 mars 2020, à l’aube de la pandémie de COVID-19.

Axé sur le thème « Construire la résilience », le forum visait à doter les dirigeants d’Amujae des outils nécessaires pour poursuivre leur parcours de leadership en période d’incertitude et soutenir leurs pays respectifs dans la reconstruction après COVID-19.

Il a également exploité le pouvoir de ces femmes leaders accomplies pour faire progresser le leadership des femmes au Libéria et à travers le continent africain.

 
For Latest Updates Follow us on Google News
 

PREV KUNA : Intérieur Min. discute séparément de problèmes communs avec les ambassadeurs des Émirats arabes unis et du Kirghizistan – Politique
NEXT Un haut commandant taliban tué en réponse à l’attaque du groupe EI contre l’hôpital de Kaboul
----