Breaking news
“Ça va aller” de Shawn Mendes : écoutez – Billboard -

Les États-Unis menacent d’escalader l’Iran à l’AIEA le mois prochain

Les États-Unis menacent d’escalader l’Iran à l’AIEA le mois prochain
Les États-Unis menacent d’escalader l’Iran à l’AIEA le mois prochain

VIENNE, 25 novembre (Reuters) – Les États-Unis ont menacé jeudi d’affronter l’Iran devant l’Agence internationale de l’énergie atomique le mois prochain s’ils ne coopéraient pas davantage avec le chien de garde – une escalade qui pourrait saper les pourparlers sur la relance d’un accord de grande puissance avec Iranien.

Téhéran est aux prises avec plusieurs impasses avec l’AIEA, dont le Conseil des gouverneurs composé de 35 pays tient une réunion trimestrielle cette semaine.

Le président de l’époque, Donald Trump, a retiré Washington de l’accord de 2015 qui a levé les sanctions en échange de restrictions sur les activités atomiques de l’Iran. Il a réimposé des sanctions débilitantes, après quoi Téhéran a progressivement étendu ses activités nucléaires et réduit sa coopération avec l’AIEA.

Inscrivez-vous maintenant pour un accès GRATUIT et illimité à reuters.com

S’inscrire

L’Iran refuse à l’AIEA l’accès pour réinstaller des caméras de surveillance dans un atelier du complexe TESA Karaj. L’AIEA veut également des réponses sur l’origine des particules d’uranium trouvées sur des sites apparemment anciens mais non déclarés, et affirme que l’Iran continue de soumettre ses inspecteurs à des « fouilles physiques excessivement invasives ».

“Si la non-coopération de l’Iran n’est pas immédiatement corrigée (…) le Conseil n’aura d’autre choix que de se réunir à nouveau en session extraordinaire avant la fin de cette année afin de résoudre la crise”, a déclaré un communiqué américain au Conseil des gouverneurs.

Il a déclaré qu’il se référait “en particulier” à la réinstallation des caméras de l’AIEA dans l’atelier de Karaj, qui fabrique des pièces pour des centrifugeuses avancées qui enrichissent l’uranium.

Cet atelier a été frappé par un sabotage apparent en juin, qui, selon l’Iran, était une attaque de son ennemi juré Israël.

L’une des quatre caméras de l’AIEA installées là-bas a été détruite et ses images sont manquantes. L’Iran a retiré toutes les caméras après l’incident. Israël n’a pas commenté l’incident.

Le chef de l’AIEA, Rafael Grossi, a déclaré mercredi qu’il ne savait pas si l’atelier fonctionnait à nouveau et que le temps était compté pour parvenir à un accord.

Une réunion extraordinaire du conseil d’administration viserait très probablement à adopter une résolution contre l’Iran, une escalade diplomatique susceptible de contrarier Téhéran.

Cela pourrait compromettre les pourparlers indirects entre l’Iran et les États-Unis sur la relance de l’accord de 2015, qui devraient reprendre lundi.

Inscrivez-vous maintenant pour un accès GRATUIT et illimité à reuters.com

S’inscrire

Reportage de François Murphy; Montage par Kevin Liffey

Nos normes : les principes de confiance de Thomson Reuters.

 
For Latest Updates Follow us on Google News
 

PREV Journée mondiale du sida 2021 | Pouls Ghana
NEXT Les actions plongent sur les retombées économiques potentielles de la variante omicron
----