Des experts de l’ONU exhortent l’Iran à cesser de condamner des enfants à mort

Des experts de l’ONU exhortent l’Iran à cesser de condamner des enfants à mort
Des experts de l’ONU exhortent l’Iran à cesser de condamner des enfants à mort

DUBAI : L’encens, la résine aromatique récoltée sur les arbres qui poussent dans une ceinture climatique étroite de la Corne de l’Afrique à l’Inde et à certaines parties du sud de la Chine, est utilisé depuis 6 000 ans à la fois comme parfum et comme panacée pour une multitude de maux.

La majeure partie de l’approvisionnement mondial provient de la Somalie, de l’Érythrée et du Yémen. Mais c’est Oman qui produit l’encens le plus fin et le plus cher au monde, un arôme riche et épicé que les anciens Égyptiens appelaient la « Sueur des dieux ».

Le commerce de l’encens a prospéré dans cette région pendant des siècles et était l’un des produits les plus appréciés du monde antique et médiéval.

Aujourd’hui, la résine, récoltée à partir de l’arbre Boswellia, est toujours très prisée, comme le montre le pavillon d’Oman à l’Expo 2020 Dubaï. Avec des experts en développement durable avertissant que la variété d’arbres à l’échelle mondiale est menacée, le pavillon rend un hommage approprié à l’encens et à sa riche histoire.

Lab50, une initiative impliquée dans la conception du pavillon, a engagé plus de 300 jeunes Omanais de secteurs tels que le gouvernement et les PME pour développer le récit et le contenu du pavillon. (Fourni)

Le mot encens vient du vieux français « franc encens » (« noble » ou « pur encens »), et est la version anglaise de l’arabe Al-luban.

Aujourd’hui, la valeur de la résine d’encens est toujours déterminée par sa couleur, la taille des touffes et la teneur en huile. La qualité la plus précieuse, connue sous le nom de hojari, provient d’une ceinture étroite et sèche des montagnes du Dhofar à Oman. Les arbres de Boswellia qui parsèment cette région sont une caractéristique du site du patrimoine mondial de la Terre de l’encens d’Oman, classé au patrimoine mondial de l’UNESCO.

Le pavillon omanais, situé dans le quartier de la mobilité, rend hommage à la substance précieuse. Même le désinfectant pour les mains obligatoire est renforcé par l’arôme de la résine et ses propriétés antivirales naturelles.

Compte tenu de la longue histoire de l’encens, qui s’étend sur des millénaires, on pourrait s’attendre à ce que le pavillon d’Oman soit construit sur la tradition ou qu’il soit enraciné dans le passé. En fait, le pavillon est un témoignage des générations futures d’Oman et a été créé par la jeunesse omanaise, l’avenir de l’économie du pays.

Lab50, une initiative impliquée dans la conception du pavillon, a engagé plus de 300 jeunes Omanais de secteurs tels que le gouvernement et les PME pour développer le récit et le contenu du pavillon.

Le résultat est une expérience de narration moderne, avec l’encens en son centre. La conception du pavillon a été dirigée par de jeunes diplômés et sa technologie conçue et construite par de jeunes Omanais. Le contenu audiovisuel multisensoriel et en réalité mixte a été écrit, tourné et produit par des talents locaux.

L’extérieur du pavillon montre comment un jeune œil peut interpréter la tradition. L’extérieur large et détaillé fait écho et exploite les caractéristiques d’un arbre à encens.

Les visiteurs entrant dans le pavillon au rez-de-chaussée sont accueillis par une réplique de «l’arbre mère» et initiés au processus d’extraction de la résine et aux utilisations de l’encens à travers l’histoire.

VITELES FAITS

* Depuis 6 000 ans, l’encens est utilisé pour remonter le moral et favoriser le bien-être.

* Les cinq zones du pavillon montrent comment l’encens a contribué aux progrès omanais dans différents domaines.

* Les expositions offrent des expériences interactives utilisant la technologie de réalité augmentée et mixte.

Les expositions mettent en évidence le rôle joué par l’encens dans le culte et la médecine, de la momification des anciens dirigeants égyptiens à son rôle dans la médecine traditionnelle chinoise. Au premier étage, les visiteurs découvrent la Forêt de la durabilité, une exposition moderne dans laquelle des présentoirs en forme d’arbre racontent l’histoire des plans d’Oman pour l’innovation durable.

Grâce aux affichages numériques et aux codes QR, ces histoires prennent vie : il y a un article sur la collaboration d’Oman avec les Émirats arabes unis pour récolter l’énergie éolienne, et un autre sur le projet « un million de palmiers dattiers » d’Oman.

De nombreuses études de cas sont liées aux efforts d’Oman en matière de conservation de la faune, notamment les oiseaux de proie, le léopard des neiges d’Arabie et les plantes rares.

Le pavillon omanais souligne l’engagement du pays envers la durabilité, non seulement de sa précieuse flore naturelle, mais aussi de sa jeunesse. (Fourni)

Malgré sa présence omniprésente au pavillon omanais, l’arbre Boswellia est menacé et pourrait disparaître d’ici 20 ans, selon les experts en développement durable. Les scientifiques qui ont étudié la question affirment que de nombreux arbres plus âgés n’ont pas produit de nouveau jeune arbre depuis un demi-siècle.

Lorsque le site de l’UNESCO à Wadi Dawkah dans le gouvernorat du Dhofar a été créé en 2000, seuls environ 1 200 arbres à encens y poussaient. Depuis, des milliers d’autres ont été plantées, avec l’objectif d’atteindre 10 000 sur le site.

Un système d’irrigation a été installé pour aider à nourrir les jeunes arbres, et il y a aussi des arbres sauvages qui fleurissent au-delà de la clôture périphérique. L’investissement d’Oman dans la durabilité et les futures générations d’arbres à encens semble porter ses fruits.

Depuis la forêt de la durabilité, les visiteurs entrent dans la salle des cristaux d’encens, où de précieux cristaux d’encens dans des lampes suspendues ajoutent une touche moderne au voyage. En sortant du hall, les visiteurs entrent dans le « tunnel commercial et le rivage commercial », qui raconte l’histoire d’Oman en tant que plaque tournante du commerce, avec plus de 200 voies maritimes et 86 ports mondiaux à moins de deux semaines de voyage par voie maritime.

Au troisième étage, les visiteurs sont invités à « entrer dans le futur ». Les traditions anciennes sont recadrées à travers une lentille scientifique moderne, en mettant l’accent sur la technologie et l’avenir de l’encens.

Les utilisations modernes de l’encens s’étendent du personnel au religieux, spirituel et médical. Selon les informations du pavillon d’Oman, « il est scientifiquement prouvé que l’encens combat le cancer, la dépression et l’asthme » et « est toujours utilisé comme désinfectant lorsqu’il est brûlé ».

Les visiteurs du pavillon ont également l’occasion de ramener chez eux le doux parfum de l’encens. Les cadeaux proposés vont du tissage traditionnel à l’argent omanais et aux produits à base d’encens.

Le pavillon omanais souligne l’engagement du pays envers la durabilité, non seulement de sa précieuse flore naturelle, mais aussi de sa jeunesse.

L’innovation créée par et pour les jeunes talents omanais sera une source d’inspiration et d’opportunités pour les futures générations d’Omanais.

 
For Latest Updates Follow us on Google News
 

PREV Un seul cas de Covid-19 envoie Shanghai Disneyland dans un verrouillage instantané
NEXT Élever les voix africaines dans la recherche climatique
----