Une cyberattaque frappe l’Ukraine alors que les services de renseignement américains avertissent que la Russie se prépare à envahir

Les responsables du renseignement américain ont déterminé qu’un effort russe est en cours pour créer un prétexte pour que ses troupes envahissent davantage l’Ukraine.

Points clés:

  • Les services de renseignement américains suggèrent que la Russie envisage d’attaquer ses propres forces et de rejeter la faute sur l’Ukraine
  • Les États-Unis estiment qu’une invasion russe de l’Ukraine commencera probablement d’ici la mi-février
  • Une cyberattaque a éclaboussé les sites Web du gouvernement ukrainien avec un avertissement “avoir peur et s’attendre au pire”

L’attachée de presse de la Maison Blanche, Jen Psaki, a déclaré que les renseignements montrent que la Russie jette les bases d’une invasion en planifiant un incident sous fausse bannière et par le biais d’une campagne de désinformation sur les réseaux sociaux qualifiant l’Ukraine d’agresseur.

“Nous craignons que le gouvernement russe ne se prépare à une invasion en Ukraine qui pourrait entraîner des violations généralisées des droits de l’homme et des crimes de guerre si la diplomatie n’atteignait pas ses objectifs”, a déclaré Mme Psaki.

Un responsable américain, qui n’était pas autorisé à commenter et a parlé sous couvert d’anonymat, a déclaré qu’une grande partie des renseignements avait été glanée à partir de communications interceptées et d’observations des mouvements de personnes.

Les conclusions, qui ont été déclassifiées et partagées avec les alliés américains avant d’être rendues publiques, estiment qu’une invasion militaire pourrait commencer entre la mi-janvier et la mi-février.

Une cyberattaque vise le gouvernement ukrainien

Une cyberattaque a frappé l’Ukraine vendredi, éclaboussant les sites Web du gouvernement avec un avertissement “d’avoir peur et de s’attendre au pire”.

L’attaque a frappé quelques heures seulement après la fin des pourparlers de sécurité, sans percée entre Moscou et ses alliés occidentaux.

Une cyberattaque a frappé les sites Web du gouvernement ukrainien.(Reuters : Valentyn Ogirenko)

Le service de sécurité ukrainien a déclaré que les résultats préliminaires d’une enquête indiquaient l’implication de “groupes de pirates informatiques liés aux services de renseignement russes”.

Il a déclaré que la plupart des sites Web avaient repris leurs activités, que le contenu n’avait pas été modifié et que les données personnelles n’avaient pas été divulguées.

Avertissements d’une opération sous fausse bannière

Les médias ukrainiens ont rapporté vendredi que les autorités pensaient que les services spéciaux russes prévoyaient un éventuel incident sous fausse bannière pour provoquer un conflit supplémentaire.

Les services de renseignement américains ont soutenu cette théorie.

Mme Psaki a accusé la Russie d’avoir déjà envoyé des agents formés à la guerre urbaine qui pourraient utiliser des explosifs pour commettre des actes de sabotage contre les propres forces russes par procuration – blâmant l’Ukraine – si le président russe Vladimir Poutine décide qu’il veut aller de l’avant avec une invasion.

Le porte-parole du Kremlin, Dmitri Peskov, a rejeté ces informations comme étant basées sur des informations « non fondées », ont rapporté les médias russes.

Une femme prononce une allocution depuis un podium étiqueté

Une femme prononce une allocution depuis un podium étiqueté

L’attachée de presse de la Maison Blanche, Jen Psaki, a déclaré que la Russie pourrait planifier une opération sous fausse bannière. (AP : Andrew Harnik)

La campagne de désinformation de la Russie

Le conseiller à la sécurité nationale de la Maison Blanche, Jake Sullivan, a déclaré jeudi que la communauté américaine du renseignement n’avait pas évalué que les Russes, qui ont massé quelque 100 000 soldats à la frontière ukrainienne, avaient définitivement décidé d’adopter une ligne de conduite militaire.

Mais M. Sullivan a déclaré que les Russes planifiaient “des activités de sabotage et des opérations d’information” qui accusent l’Ukraine de se préparer à sa propre attaque imminente contre les forces russes dans l’est de l’Ukraine.

Il a déclaré que cela ressemblait à ce que le Kremlin avait fait avant l’annexion de la Crimée par la Russie en 2014, la péninsule de la mer Noire qui était sous la juridiction de l’Ukraine depuis 1954.

La communauté du renseignement américain a pris note d’une accumulation sur les réseaux sociaux d’influenceurs russes justifiant l’intervention en mettant l’accent sur la détérioration des droits de l’homme en Ukraine, suggérant un militantisme accru des dirigeants ukrainiens et accusant l’Occident d’aggraver les tensions.

“Ils préparent à nouveau ce livre de jeu.”

Espace pour jouer ou mettre en pause, M pour couper le son, flèches gauche et droite pour rechercher, flèches haut et bas pour le volume.
Regardez
Durée : 3 minutes 1 seconde3m 1s
Lire la vidéo. Durée : 3 minutes 1 seconde

Lire la vidéo. Durée : 3 minutes 1 seconde

Un diplomate ukrainien rejette l’affirmation de la Russie selon laquelle elle ne prévoit pas d’envahir le pays.

La Russie demande à l’OTAN de ne pas embrasser l’Ukraine

Les Russes, tout en maintenant qu’ils ne prévoient pas d’envahir l’Ukraine, exigent que les États-Unis et l’OTAN fournissent des garanties écrites que l’alliance ne s’étendra pas vers l’est.

Les États-Unis ont qualifié ces demandes de non-partants, mais ont déclaré qu’ils étaient disposés à négocier avec Moscou sur d’éventuels déploiements futurs de missiles offensifs en Ukraine et à limiter les exercices militaires américains et de l’OTAN en Europe de l’Est.

Le ministre russe des Affaires étrangères Sergueï Lavrov a averti vendredi que Moscou n’attendrait pas indéfiniment la réponse occidentale, affirmant qu’il s’attendait à ce que les États-Unis et l’OTAN fournissent une réponse écrite la semaine prochaine.

M. Lavrov a décrit les demandes de Moscou pour des garanties contraignantes que l’OTAN n’embrassera pas l’Ukraine ou d’autres anciens pays soviétiques, ou n’y stationnera pas ses forces et ses armes, comme essentielles pour le progrès des efforts diplomatiques visant à désamorcer les tensions croissantes autour de l’Ukraine.

“Nous avons perdu patience”, a déclaré M. Lavrov lors d’une conférence de presse.

“L’Occident a été poussé par l’orgueil et a exacerbé les tensions en violation de ses obligations et de son bon sens.”

Reuters/AP

 
For Latest Updates Follow us on Google News
 

PREV La Russie exige le déblocage de la page Facebook liée au ministère des Affaires étrangères
NEXT Explosions de pétroliers à Abou Dhabi “causées par des drones”, alors que les Houthis du Yémen revendiquent l’attaque | Nouvelles du monde
----