L’envoyé spécial adjoint du président américain pour le climat se rend en Namibie pour faire avancer les objectifs communs en matière de changement climatique et d’énergie propre

L’envoyé spécial adjoint du président américain pour le climat se rend en Namibie pour faire avancer les objectifs communs en matière de changement climatique et d’énergie propre
L’envoyé spécial adjoint du président américain pour le climat se rend en Namibie pour faire avancer les objectifs communs en matière de changement climatique et d’énergie propre

L’envoyé spécial adjoint pour le climat (D-SEC) Jonathan Pershing, le chargé d’affaires de l’ambassade des États-Unis Jess Long et le coordinateur de Power Africa Mark Carrato ont eu des entretiens sur la crise climatique, le renforcement de la résilience et la transition vers une économie nette zéro avec la Namibie.

Windhoek – Une délégation axée sur le changement climatique et l’énergie propre a rencontré aujourd’hui des représentants du gouvernement namibien et de la société civile pour encourager le partenariat États-Unis-Namibie sur le développement de l’énergie propre et la lutte contre la crise climatique.

La délégation est dirigée par l’envoyé spécial adjoint pour le climat (SEC adjoint) Jonathan Pershing, qui relève de John Kerry, le tout premier envoyé spécial du président pour le climat et le tout premier principal dédié au changement climatique à siéger au Conseil national de sécurité des États-Unis. . Pershing et une délégation de cinq autres responsables, dont le coordinateur de Power Africa Mark Carrato, sont arrivés en Namibie jeudi lors d’une visite dans la région.

Lors de réunions avec des responsables namibiens, la délégation a eu des conversations de grande envergure sur le changement climatique et l’énergie propre qui ont exploré comment les deux pays peuvent travailler ensemble pour anticiper et lutter contre les impacts climatiques, renforcer la résilience, intensifier le développement de l’énergie propre et élever l’ambition climatique mondiale à venir. de la conférence des Nations Unies sur le changement climatique à Glasgow en novembre.

“Une action audacieuse pour lutter contre la crise climatique est plus urgente que jamais”, a déclaré le sous-secrétaire général Jonathan Pershing. « La transition vers une économie nette zéro est également la plus grande opportunité économique de notre vie – elle accélérera notre reprise, produira de bons emplois et créera de toutes nouvelles industries. Les États-Unis comprennent que nous devons mobiliser davantage de financement et de soutien pour l’adaptation. Nous nous sommes engagés à doubler le soutien climatique des États-Unis aux pays en développement d’ici 2024 et à tripler le financement de l’adaptation. »

La délégation a également parlé avec des responsables namibiens de l’initiative Mega Solar récemment lancée et des moyens d’étendre un partenariat solide avec le gouvernement namibien sur l’énergie propre et le développement à faibles émissions en Afrique. Le partenariat Mega Solar entre les gouvernements de Namibie et du Botswana, Power Africa, la Banque africaine de développement, la Banque mondiale pour la reconstruction et le développement, la Société financière internationale et l’Agence de développement de l’Union africaine (AUDA-NEPAD) devrait générer jusqu’à à cinq gigawatts d’énergie solaire. Mega Solar pourrait transformer la Namibie et le Botswana en deux des plus importants producteurs d’énergie solaire au monde, suffisamment pour commencer à exporter des énergies renouvelables vers la région de l’Afrique australe et apporter une contribution significative aux efforts mondiaux sur le changement climatique.

Mark Carrato, coordinateur de Power Africa, a déclaré : « Le partenariat Mega Solar fait preuve d’un leadership et d’une collaboration sans précédent et possède un potentiel de développement extraordinaire pour la vie et l’énergie propre qui change le monde en provenance d’Afrique australe. Nous voulions entendre directement nos partenaires namibiens sur le passage de cette opportunité de la phase de concept à la phase d’action. »

Pendant son séjour en Namibie, la délégation s’est également engagée directement avec des représentants de la société civile sur l’augmentation de l’ambition de lutter contre la crise climatique, y compris la promotion du développement de l’énergie propre.

Jonathan Pershing est l’un des deux postes d’envoyé spécial adjoint pour le climat. Auparavant, il a été envoyé spécial pour le changement climatique au Département d’État américain et a été le principal négociateur américain de la Convention-cadre des Nations Unies sur le changement climatique sous l’administration Obama. Auparavant, il a été envoyé spécial adjoint et conseiller international principal sur le climat auprès de la Maison Blanche et secrétaire d’État. Pershing a également été conseiller principal en climat auprès du secrétaire américain à l’Énergie. D’autres expériences antérieures incluent également la Fondation Hewlett, le World Resources Institute et l’Agence internationale de l’énergie.

La délégation climat et énergie propre comprenait également Mark Carrato – Coordinateur de Power Africa, qui est le plus grand partenariat au monde pour le développement, avec 170 partenaires publics et privés qui ont engagé 56 milliards de dollars pour doubler l’accès à l’électricité en Afrique subsaharienne. Les autres membres de la délégation étaient des experts techniques du gouvernement américain travaillant sur la politique et les programmes en matière de climat et d’énergie propre.

Par l’ambassade des États-Unis à Windhoek | 1 octobre 2021 | Sujets : Chargé d’Affaires, Nouvelles, Communiqués de presse, États-Unis et Namibie | Tags: Changement climatique, Envoyé spécial adjoint pour le climat (SEC adjoint), Envoyé spécial adjoint pour le climat (SEC adjoint) Jonathan Pershing, Mega Solar, Namibie, Power Africa, Gouvernement américain

 
For Latest Updates Follow us on Google News
 

PREV Toronto perd sa candidature à la Cour suprême du Canada pour annuler la coupe de Doug Ford au conseil municipal
NEXT Le moteur économique du Canada a calé en juillet alors que le PIB s’est à nouveau contracté
----