Actualités : Au milieu de l’aggravation de la crise sécuritaire dans l’État de Benishangul-Gumuz, la Commission des droits de l’homme appelle à une « action immédiate » pour assurer la sécurité des civils

Actualités : Au milieu de l’aggravation de la crise sécuritaire dans l’État de Benishangul-Gumuz, la Commission des droits de l’homme appelle à une « action immédiate » pour assurer la sécurité des civils
Actualités : Au milieu de l’aggravation de la crise sécuritaire dans l’État de Benishangul-Gumuz, la Commission des droits de l’homme appelle à une « action immédiate » pour assurer la sécurité des civils
Le lieutenant-général Asrat Denero, commandant en chef des forces terrestres des FDRE et coordinateur du poste de commandement intégré de la zone Metekel lors d’une réunion avec des milices locales à Pawi Wereda. Image : Zone Metekel

Personnel d’Addis Standard

Addis Abeba, 01 octobre 2021 – La Commission éthiopienne des droits de l’homme (EHRC) a appelé le gouvernement fédéral et le poste de commandement local « à prendre des mesures immédiates » pour renforcer la situation sécuritaire dans les zones Metekel et Kamashi de l’État régional de Benishangul-Gumuz.

La déclaration de la Commission est intervenue malgré les promesses répétées du poste de commandement fédéral de l’État de Benishangul-Gumuz selon lesquelles les forces fédérales et spéciales déployées dans la région à partir de cinq États régionaux différents maîtrisaient la crise sécuritaire.

Cependant, citant des habitants qui fuient actuellement le Woreda de Sedal vers d’autres régions, l’EHRC a déclaré que depuis janvier 2021, de nombreux habitants ont été déplacés par des attaques répétées dans le district et que depuis mars 2011, les bureaux du gouvernement ont été fermés.

La Commission a déclaré qu’au 24 septembre 2021, les habitants qui avaient fui la région l’avaient informée que 145 familles Gumuz, dont des enfants, des femmes et des personnes âgées, avaient été détenues par les forces locales connues sous le nom de « militants Gumuz ». Les militants ont enlevé les civils les accusant de « ne pas soutenir » leurs causes et les ont détenus dans une zone communément appelée Mersha et Ekfet. Parmi les otages, “au moins deux personnes ont été tuées par les militants”, a déclaré l’EHRC, ajoutant que les autres étaient maintenues “sous de graves souffrances”.

Après une attaque le 24 septembre, “environ 5 000 habitants du Woreda de Sedal ont été déplacés et sont temporairement hébergés dans l’enceinte de l’administration du Woreda”, a déclaré l’EHRC.

… malgré des attaques répétées contre des civils dans les zones de Kamashi et Metekel de l’État de Benishangul-Gumz, les mesures prises par les gouvernements fédéral et régionaux n’ont pas réussi à résoudre le problème de manière adéquate

CEDH

Suite à la surveillance de la Commission, le 26 septembre, des combats ont eu lieu entre les forces de sécurité locales et les militants et depuis le 29 septembre, des efforts sont déployés pour évacuer les habitants vers la ville de Daliti. “Cependant, tant les responsables du district de Sedal que les habitants qui ont fui le district disent que les forces de sécurité dans la région sont inadéquates”, a déclaré l’EHRC.

En outre, malgré des attaques répétées contre des civils dans les zones de Kamashi et Metekel de l’État de Benishangul-Gumz, les mesures prises par les gouvernements fédéral et régionaux n’ont pas réussi à résoudre le problème de manière adéquate et d’autres solutions devaient être trouvées pour résoudre le problème de manière globale. « La commission exhorte les habitants de Sedal Woreda à ne pas être exposés à l’aggravation de la crise humanitaire et à prendre des mesures immédiates pour garantir que les personnes déplacées hébergées à Daliti et dans d’autres abris temporaires reçoivent l’aide humanitaire nécessaire », a déclaré le Dr Daniel. Bekele, commissaire de l’EHRC.

Le 30 septembre, le lieutenant-général Asrat Denero, commandant en chef des forces terrestres des FDRE et coordinateur du poste de commandement intégré de la zone Metekel, a eu une discussion avec des membres de la milice qui avaient suivi un entraînement militaire dans le district de Pawi du Benishangul. -État de Gumuz.

Au cours de la réunion, le lieutenant-général Asrat a demandé aux milices de répéter les actes patriotiques de la génération précédente en accomplissant avec succès leur mission. Selon le major Mersha Nigusie, commandant adjoint de la 7e division mécanisée, 1 797 membres de la milice du woreda de Pawi étaient prêts à rétablir la paix dans la région après avoir reçu la formation militaire nécessaire. COMME

 
For Latest Updates Follow us on Google News
 

PREV Red Sox vs Astros: diffusion en direct du match 5 de l’ALCS, chaîne de télévision, cotes, heure, match de lancement pour les éliminatoires de la MLB 2021
NEXT Jim Cramer dit qu’il est temps d’arrêter d’écouter des “milliardaires baissiers” qui sont négatifs depuis des années – CNBC Television
----