Le chef de l’escroquerie du recrutement de la police a attrapé

La police a arrêté un homme de 21 ans soupçonné d’être le chef d’une escroquerie de recrutement de la police.

Le suspect, Frank Fenuku Junior, a été arrêté à Zongo Junction, un quartier d’Adentan à Accra, le 27 septembre 2021.

Plus tôt le 14 septembre 2021, trois personnes qui seraient ses complices ont été arrêtées pour une publication frauduleuse sur Facebook qui aurait été créée par le commandant de la police régionale de Volta, le commissaire adjoint de police (DCOP), M. Edward Oduro Kwateng, cherchant à aider les candidats potentiels. être enrôlé dans le service de police du Ghana.

Admission

Une déclaration signée par l’officier adjoint des relations publiques du commandement de la police régionale de la Volta, l’inspecteur Prince Dogbatse, a déclaré que Fenuku aurait admis être le cerveau derrière le faux compte Facebook visant à frauder les candidats intéressés.

Les trois complices — Bernard Amenyah, 18 ans ; Godsway Adzikah, 23 ans, et Godson Wemegah – sont jugés par la Cour de circuit de Ho.

Fenuku, selon le communiqué, a donné plus de détails sur la façon dont il a conspiré avec d’autres pour escroquer des victimes sans méfiance de leur argent, sous prétexte de leur allouer des créneaux de protocole dans le recrutement en cours du service de police.

Les enquêtes policières sur l’affaire auraient révélé que la carte SIM portant le numéro 0557918534 contenue dans le compte Facebook et qui a facilité leurs opérations néfastes a été trouvée en la possession de Fenuku.

Fenuku, qui est en garde à vue, devrait être déféré devant le tribunal de district de Ho le lundi 4 octobre 2021.

Pendant ce temps, le commandement de la police régionale de la Volta a déclaré qu’il continuerait de traiter avec toutes les personnes impliquées dans la fraude au recrutement dans la région.

Avertissement

Le problème des escrocs qui utilisent les médias sociaux pour tromper les gens sur un éventuel recrutement dans les services de sécurité, tels que le service d’immigration du Ghana, les forces armées du Ghana et le service de police du Ghana, a été assez persistant et s’aggrave lors des exercices de recrutement.

En amont de l’exercice de recrutement de la police cette année, l’administration de la police a lancé un avertissement sévère aux fraudeurs qui ciblent les demandeurs d’emploi pour qu’ils restent en dehors de son prochain processus de recrutement.

« Tout fraudeur qui souhaite profiter de la publication du processus de recrutement du service de police ghanéen 2021 pour escroquer des personnes sera traité impitoyablement conformément à la loi », a déclaré le directeur général par intérim de la direction des affaires publiques du service de police du Ghana, adjoint Le commissaire de police (ACP) M. Kwesi Ofori, avait déclaré lundi dernier dans une interview.

Il a conseillé aux personnes cherchant à rejoindre le service de police du Ghana d’être vigilantes et de signaler tout escroc qui a utilisé des moyens illégitimes et des plateformes de médias sociaux dans le but d’escroquer des personnes sans méfiance.

“Le public doit se méfier des annonceurs ou des personnes qui demandent des frais initiaux pour le traitement de vos candidatures. Un véritable annonceur ou employeur ne vous demandera pas d’argent.

« Les fraudeurs demandent également des transferts d’argent. Personne ne devrait se séparer de l’argent par le biais d’un intermédiaire pour faciliter son recrutement dans les services de police », a déclaré ACP Ofori.

Il a déclaré que le public doit également prendre note des escrocs qui ont demandé des informations personnelles non liées au travail, telles que “votre apparence ou votre état civil. Un recruteur ne devrait avoir à répondre qu’aux exigences générales spécifiées dans la publication”.

Il a déclaré que l’administration de la police n’avait engagé aucun intermédiaire pour le processus de recrutement.

“Toute personne qui prétend vendre des formulaires de recrutement doit être ignorée. Nous ne vendons aucun formulaire de recrutement pour le processus”, a-t-il averti.

L’administration de la police, a déclaré ACP Ofori, n’utilisait aucune plate-forme de médias sociaux pour le recrutement

Autorisation de recrutement

Le gouvernement a récemment autorisé le recrutement de personnel. Le service de police du Ghana a été autorisé à employer environ 5 000 personnes dans le service.

 
For Latest Updates Follow us on Google News
 

PREV Vidéo : La Banque du Canada met en garde contre une inflation prolongée – The Globe and Mail
NEXT Le moteur économique du Canada a calé en juillet alors que le PIB s’est à nouveau contracté
----