Breaking news

70% des startups ghanéennes sans présence sur les réseaux sociaux – Enquête

70% des startups ghanéennes sans présence sur les réseaux sociaux – Enquête
70% des startups ghanéennes sans présence sur les réseaux sociaux – Enquête

Environ soixante-dix pour cent des entreprises en démarrage dans le pays n’ont pas de pages de réseaux sociaux ni aucune forme de présence sur les réseaux sociaux, un Ghana Startup Ecosystem Ranking 2020 établi par le Ghana Tech Lab, un hub d’écosystème.

Selon la cartographie qui classe les mesures, la nature et le niveau de l’écosystème de démarrage du Ghana dans 13 régions du Ghana, actuellement, même si la pandémie a poussé de nombreuses entreprises à se connecter, les chiffres n’étaient toujours pas encourageants.

Plus de 3000 entreprises, institutions et entreprises ont été cartographiées, capturées et interagies entre 2021 et 2021.

Le classement s’étendait sur six piliers, à savoir; Médias, femmes et culture, capital humain, soutien et infrastructure, politique, gouvernance et réglementation, accès au financement et accès aux marchés.

Donnant des conclusions clés en ce qui concerne l’accès au marché, le chef de file du pilier David Nii Armaah a déclaré qu’« un autre élément important est celui des médias sociaux. Tout au long de la cartographie, nous avons réalisé qu’environ soixante-dix pour cent de ces startups n’ont pas de médias sociaux ou de présence en ligne.

Donc, cela indique le genre de nature impliquée dans le monde de la technologie. Et nous sommes dans le monde de la technologie, c’est quelque chose qui évolue actuellement et nous devons nous adapter. Ainsi, les médias sociaux sont également un excellent moyen d’exposer vos produits à d’autres marchés locaux externes.

Il a ajouté que « beaucoup de startups ne voient pas l’essence de payer et de s’inscrire pour aller exposer vos produits. Mais je pense que c’est une stratégie locale parfaite pour vous engager dans ce genre d’affaires que le ministère et d’autres organisations commerciales organisent.

Les résultats ont en outre révélé par utilisation des médias sociaux et propriété de sites Web par les marques comme suit : Wa – Médias sociaux 50 % ; Site Web 40 %, Tamale – médias sociaux 43 %, site Web 34 % ; Sunyani – Réseaux sociaux 66 %, site Web 25 % ; Kumasi – Réseaux sociaux 75 %, site Web 56 % ; Ho – Médias sociaux 84 %, site Web 38 % ; Takoradi – Réseaux sociaux 75 %, site Web 43 % ; Bolgatanga – Médias sociaux 38 %, site Web 27 ; Cape Coast médias sociaux 21, site Web 21; WaleWale – Médias sociaux 5 %, site Web 5 % ; Koforidua – Médias sociaux 12 %, site Web 25 % Accra – médias sociaux 73 %, site Web 71 %.

Par amélioration du capital humain, le Pillar Lead Selorm Tito Ayikoe a déclaré que «l’écosystème du capital humain s’améliore à un rythme très rapide. C’est quelque chose dont je suis très excité. Si vous parcourez le pays, vous remarquerez que beaucoup de gens apprennent en ligne et la pandémie l’a même rendu plus impératif.

Et nous avons des membres des jeunes qui vont en ligne et apprennent des trucs par eux-mêmes sans avoir à attendre que leur école ait quelque chose comme ça. Et cette exposition en ligne a permis à plus de gens de se rendre compte qu’ils sont loin derrière et qu’ils doivent faire beaucoup plus.

La responsable de Finance Pilar, Nanette Elorm Bonnie, a également indiqué que « la plupart des startups pensent que le soutien initial qu’elles peuvent obtenir doit être monétaire, mais ce n’est généralement pas le cas. Il existe des institutions disponibles qui s’apprêtent à leur offrir un mentorat. C’est un secteur que les institutions financières examinent, en les guidant sur la façon de structurer correctement leur entreprise.

Et vous avez des investisseurs qui ne décident pas de travailler avec des startups parce qu’au bout de cinq ans, l’entreprise n’est plus, l’entreprise ne se développe plus, nous avons donc ces institutions financières qui travaillent avec des startups pour les former à leur plan de continuité, en donnant leur formation en littératie financière.

Selon le pilier média, les résultats indiquent que la plupart des entreprises à travers le pays ont utilisé la radio comme outil pour faire connaître leurs marques. Ce n’est qu’à Accra qu’un plus grand pourcentage d’entreprises ont utilisé les médias sociaux

Les conclusions sont les suivantes : Wa – Radio et blogs ; Tamalé – Radio ; Sunyani – Radio ; Kumasi – Radio ; Ho – Radio; Takoradi – Radio ; Bolgatanga – Radio ; Koforidua – Radio; WaleWale – Radio ; Accra – Réseaux sociaux.

Emelia ENyonam Kuleke, responsable du pilier Culture, médias et femmes, a déclaré que «le pilier dans son ensemble a actuellement un état très fort. En regardant covid, par exemple, les entreprises ont augmenté leurs ventes pendant la pandémie parce qu’elles ont dû capitaliser sur les médias sociaux pour promouvoir leur entreprise. »

Elle a déclaré : « … des entreprises féminines qui étaient sur les réseaux sociaux essayant d’en tirer parti. Actuellement, nous sommes dans cette phase numérique où la plupart des gens ont migré vers Internet et si vous êtes une entreprise et que vous ne faites pas la promotion de votre entreprise en ligne, vous êtes vraiment perdant.

«Nous avons fait sortir l’une de nos entreprises lors d’une de nos sessions, elle est en train de fermer sa boutique physique. Elle a suivi une formation avec nous, et après une formation d’environ six mois et le type de ventes qu’elle réalise sur les réseaux sociaux, elle a même décidé de fermer sa boutique.

Elle a ajouté : « donc, nous demanderions aux individus de nous impliquer dans nos programmes de formation que nous organiserons à travers le pays avec nos 21 centres partenaires. Ces formations sont gratuites pour vous équiper en compétences numériques afin que vous puissiez les utiliser pour booster votre entreprise.

 
For Latest Updates Follow us on Google News
 

PREV Le Canada dévoilera jeudi ses plans de passeport vaccinal – source
NEXT Le moteur économique du Canada a calé en juillet alors que le PIB s’est à nouveau contracté
----