7 mineurs illégaux arrêtés – Le sous-ministre alarmé par l’invasion des étrangers

Sept personnes, dont deux Ghanéens et cinq étrangers, toujours engagées dans des activités minières illégales dans le district de New Abirem, dans la région de l’Est, ont été arrêtées.

Ils ont été arrêtés hier lorsqu’un vice-ministre des Terres et des Ressources naturelles, M. George Mireku Duker, a dirigé une opération spéciale, composée de militaires et de policiers, pour réprimer les activités minières illégales, communément appelées “galamsey”, dans la région.

L’opération spéciale a fait suite à plusieurs appels de détresse de la population locale des communautés minières au ministère des Terres et des Ressources naturelles au sujet des activités destructrices des mineurs illégaux.

Selon le vice-ministre, les opérateurs de galamsey arrêtés seraient dûment poursuivis, en utilisant la nouvelle loi minière, pour envoyer un signal fort aux autres.

Les sanctions pour l’exploitation minière illégale à petite échelle en vertu de la Loi sur les minéraux et l’exploitation minière (Loi 995) prévoient une peine de prison de 15 ans minimum et de 25 ans maximum pour les contrevenants.

opera.png

L’une des machines utilisées dans les activités minières illégales

Image triste

La résurgence de galamsey dans la région orientale est survenue deux semaines seulement après que le ministre des Terres et des Ressources naturelles, M. Samuel Abu Jinapor, eut exprimé son enthousiasme face au nettoyage des rivières Tano et Bia dans la région du nord-ouest, a indiqué que les activités minières illégales avaient diminué.

Poursuite

M. Duker, qui a été déçu par l’étendue des ravages causés par les activités galamsey dans la région orientale, a averti que toutes les personnes qui insistaient encore pour mettre fin à l’illégalité seraient débusquées et confrontées à toutes les rigueurs de la loi.

“Il est regrettable que les gens soient toujours récalcitrants et n’écoutent pas les appels pour arrêter galamsey. Le plus inquiétant, c’est qu’il y a une invasion d’étrangers, qui est maintenant la nouvelle tendance.

« Les gens du Burkina Faso, du Togo, de la Côte d’Ivoire et du Bénin sont impliqués dans cela ; et il est décourageant que les Ghanéens permettent que cela se produise. Des animaux meurent parce qu’ils boivent de l’eau détournée qui a été polluée par le mercure », a-t-il déclaré. .

M. Duker a en outre observé qu’il était inacceptable que quelques personnes continuent de détruire des plantations de cacao, le tout au nom de l’exploitation minière illégale.

Destruction

Sur les sites de galamsey dans le district de New Abirem, il a été observé que les mineurs illégaux avaient détourné le cours de la rivière Pra pour faciliter leurs opérations.

Bien que le gouvernement ait interdit la fabrication locale de machines Chanfang utilisées pour détruire les plans d’eau, plus de 20 d’entre elles étaient utilisées pour les activités de galamsey.

Ils ont cependant été saisis et brûlés par les agents de sécurité.

Les opérateurs de galamsey avaient également détruit de vastes étendues de terres agricoles, en particulier des plantations de cacao.

Action collective

M. Duker a appelé les habitants des communautés locales à s’impliquer dans la lutte contre l’exploitation minière illégale en donnant rapidement des informations sur galamsey.

“La rivière Pra est fortement polluée et les Ghanéens doivent s’inquiéter et s’impliquer pour lutter contre cette menace. Nous ne pouvons pas la combattre seuls; ce n’est pas un événement. Toutes les mains doivent être sur le pont”, a-t-il exhorté.

Il a observé que cela coûterait cher au pays à l’avenir si des efforts soutenus n’étaient pas déployés pour faire face à la menace galamsey.

 
For Latest Updates Follow us on Google News
 

PREV Une infirmière du Texas condamnée pour le meurtre de quatre patients
NEXT Manifestations d’Eswatini: les infirmières refusent de soigner la police après que des collègues ont été abattus – BBC News
----