Rapport de situation d’intervention d’urgence dans le nord de l’Éthiopie #03 – Éthiopie

Rapport de situation d’intervention d’urgence dans le nord de l’Éthiopie #03 – Éthiopie
Rapport de situation d’intervention d’urgence dans le nord de l’Éthiopie #03 – Éthiopie

Points forts

  • L’insécurité alimentaire au Tigré reste une préoccupation et une action urgente est nécessaire pour répondre aux besoins immédiats de 5,2 millions de personnes en situation d’insécurité alimentaire, dont plus de 400 000 personnes confrontées à des niveaux catastrophiques de faim (phase 5 de l’IPC).

  • La livraison de fournitures dans la région reste le plus grand défi pour les opérations du PAM en raison des retards dans les autorisations et de l’insécurité le long de la seule route disponible vers le Tigré, le corridor Semera-Abala dans la région d’Afar.

  • La pénurie d’approvisionnements (vivres, espèces, carburant, télécommunications) affecte gravement la poursuite et l’intensification des opérations du PAM et de ses partenaires.

Mise à jour de la situation

Alors que l’accès humanitaire est désormais viable et largement sécurisé dans la majeure partie de la région du Tigré, l’accès aux secours humanitaires vitaux reste limité le long de la seule route disponible vers le Tigré, le corridor Semera-Abala. Le PAM et ses partenaires appellent à un passage immédiat et sans entrave des secours et du personnel humanitaires vers le Tigré par des itinéraires convenus d’un commun accord vers la région.
Selon la dernière analyse de la classification intégrée de la phase de sécurité alimentaire (IPC), quatre millions de personnes – 70 pour cent de la population – seraient en situation d’insécurité alimentaire aiguë (IPC Phase 3 ou plus) au Tigré pour la période juillet-septembre 2021. Parmi celles-ci , 1,8 million de personnes sont confrontées à un niveau d’insécurité alimentaire de crise (Phase 3 de l’IPC), 1,6 million de personnes sont confrontées à une situation d’urgence (Phase 4 de l’IPC) et 400 000 personnes (4 %) sont confrontées à une catastrophe (Phase 5 de l’IPC). L’insécurité alimentaire est due aux conflits, au manque d’accès aux marchés, aux effets de l’invasion des criquets pèlerins, à la saison des semis manquée et à l’insuffisance de l’aide humanitaire. Sur la base des informations qualitatives du terrain, le nombre de personnes en insécurité alimentaire continue d’augmenter. Les personnes souffrant actuellement d’une insécurité alimentaire aiguë pourraient sombrer dans des niveaux de faim catastrophiques et encore plus dans des conditions semblables à celles de la famine si l’aide alimentaire et les moyens de subsistance n’étaient pas rapidement intensifiées. Le conflit en cours a touché d’autres régions du nord de l’Éthiopie, menaçant d’aggraver encore l’insécurité alimentaire de familles déjà vulnérables.
Le carburant, les espèces, Internet et les services bancaires sont actuellement indisponibles au Tigré, ce qui empêche le PAM et ses partenaires de reprendre leurs opérations à grande échelle. Les stocks d’aide d’urgence, d’argent liquide et de carburant sont très faibles et/ou sont complètement épuisés, car le PAM n’est pas en mesure de fournir des quantités suffisantes et soutenues de fournitures humanitaires. 100 camions doivent arriver chaque jour pour répondre aux besoins alimentaires de la région, mais du 20 août à la fin août, aucun produit alimentaire n’est entré dans le Tigré.

Source

Rapport situation dintervention durgence dans nord lÉthiopie Éthiopie

 
For Latest Updates Follow us on Google News
 

PREV E-mail passif agressif envoyé à un électeur par le membre du personnel du Premier ministre de NSW, Dominic Perrottet, à propos du pub du «club des garçons»
NEXT 70% des Ghanéens n’ont pas accès à l’assurance – rapport du PNUD
----