Ghana : « assurer la promulgation de la loi sur l’âge »

HelpAge Ghana, une organisation non gouvernementale (ONG), a appelé le gouvernement à tenir ses promesses d’améliorer la qualité de vie des personnes âgées dans le pays, en veillant à ce que le Parlement promulgue le projet de loi sur l’âge.

Selon l’ONG, il était urgent que la législature promulgue le projet de loi pour faire face aux défis auxquels sont confrontées les personnes âgées dans le pays, notamment des soins de santé inadéquats et une insécurité des revenus qui ont parfois abouti à la pauvreté et à la privation.

L’appel a été lancé dans une déclaration signée par le directeur exécutif de HelpAge Ghana, M. Ebenezer Adjetey-Sorsey, pour commémorer la Journée internationale des personnes âgées, célébrée dans le monde entier, le 1er octobre.

La journée vise à reconnaître et à apprécier la contribution variée apportée à la croissance et au développement des personnes âgées.

La déclaration a noté que la politique nationale sur le vieillissement, qui a pris près de 14 ans pour être approuvée par le Cabinet, en 2010, n’avait pas encore été promulguée par le Parlement.

Il a déclaré que, bien que le projet de loi sur l’âge ait été inscrit à l’ordre du jour du Parlement le 29 janvier 2019, pour examen, rien de ce genre ne s’est produit.

L’ONG a expliqué que le projet de loi, s’il était adopté, définirait légalement qui est une personne âgée, promouvrait et protégerait les droits spécifiés des personnes âgées et établirait un Conseil national pour les personnes âgées.

Le communiqué indique que le Conseil national des personnes âgées développera, entre autres, des interventions nationales et coordonnera les actions des parties prenantes dans le cadre de la politique nationale sur le vieillissement, afin d’améliorer la qualité de vie des personnes âgées.

« La signature du Protocole de l’Union africaine (UA) à la Charte africaine des droits de l’homme et des peuples relatif aux droits des personnes âgées en Afrique, à Addis-Abeba, en Éthiopie, en 2017, par le président Nana Addo Dankwa Akufo-Addo, a donné l’espoir que nous allons expérimenter des activités importantes visant à améliorer la qualité de vie des personnes âgées au Ghana, mais hélas, cela ne s’est pas produit », a noté l’ONG.

Il a déclaré que les Ghanéens ne pouvaient pas continuer à considérer les personnes âgées comme des bénéficiaires de l’aide sociale, car “elles sont titulaires de droits comme tous les autres citoyens”.

La déclaration indiquait que la Constitution de 1992 avait expressément demandé à l’État de protéger et de promouvoir les droits des personnes âgées et de leur fournir une assistance sociale pour leur permettre de vivre et de maintenir un niveau de vie décent.

 
For Latest Updates Follow us on Google News
 

PREV Un suspect arrêté après qu’un homme a été poignardé à Mississauga
NEXT La Corée du Nord confirme le lancement test du nouveau SLBM – Korea Times
----