Le racisme a contribué au décès d’une femme autochtone au Canada : Coroner | Nouvelles sur le racisme

Le racisme a contribué au décès d’une femme autochtone au Canada : Coroner | Nouvelles sur le racisme
Le racisme a contribué au décès d’une femme autochtone au Canada : Coroner | Nouvelles sur le racisme

Le racisme et les préjugés ont contribué à la mort de Joyce Echaquan, une mère autochtone de sept enfants décédée dans un hôpital de la province canadienne de Québec après avoir filmé le personnel lui lançant des insultes, selon un rapport du coroner.

La femme atikamekw avait publié une vidéo sur les réseaux sociaux montrant le personnel de l’hôpital la maltraitant verbalement avant sa mort, déclenchant l’indignation à l’échelle nationale et des manifestations exigeant la fin des abus et des mauvais traitements infligés aux Autochtones dans les services gouvernementaux.

Le rapport du coroner du Québec publié vendredi a conclu qu’Echaquan est décédé d’un œdème pulmonaire, jugeant la mort accidentelle. Mais il a demandé au gouvernement provincial de reconnaître et d’éliminer le « racisme systémique » de ses institutions.

“Le racisme et les préjugés auxquels Mme Echaquan a été certainement confrontée” ont certainement contribué à sa mort, selon le rapport.

“Mme. Echaquan a été rapidement qualifiée de toxicomane et, sur la base de ce préjugé, il s’ensuit que ses appels à l’aide n’ont malheureusement pas été pris au sérieux.

Echaquan, qui avait 37 ans, cherchait un traitement pour des maux d’estomac dans un hôpital de Joliette, une ville au nord de Montréal. La vidéo qu’elle a publiée avant sa mort la montrait appelant à l’aide alors que le personnel de l’hôpital lui lançait des insultes.

«Je suis convaincue que mon partenaire est décédé parce que le racisme systémique a contaminé l’hôpital de Joliette et a tué mon partenaire», a déclaré Carol Dube, la partenaire d’Echaquan, lors d’une conférence de presse après sa mort.

Les Atikamekw de Manawan – la communauté où vivaient Dubé, Echaquan et leurs enfants – ont depuis appelé le Québec et le Canada à reconnaître le racisme systémique et à prendre des mesures pour y remédier dans leurs établissements, y compris les soins de santé.

Mais le premier ministre du Québec, François Legault, a nié l’existence d’un racisme systémique dans la province.

En novembre de l’année dernière, son gouvernement de la Coalition Avenir Québec a refusé d’adopter une proposition de la Nation Atikamekw visant à améliorer l’accès aux soins de santé pour les Autochtones parce qu’il appelait la province à reconnaître le racisme systémique.

Le principe de Joyce, comme le plan est connu, est nommé d’après Echaquan.

« Nous n’avons pas la même vision », a déclaré à l’époque le ministre des Affaires autochtones du Québec, Ian Lafrenière, tel que rapporté par APTN. “Cependant, je vous assure que cela ne nous empêche pas de travailler ensemble.”

Le rapport du coroner intervient après que la Journée nationale pour la vérité et la réconciliation a été célébrée pour la première fois au Canada jeudi. La fête fédérale honore les enfants autochtones qui ont été contraints de fréquenter les soi-disant « pensionnats », des institutions d’assimilation forcée truffées d’abus.

Des milliers d’enfants autochtones seraient morts alors qu’ils fréquentaient les installations, et les communautés des Premières Nations ont découvert des centaines de tombes anonymes sur les sites des anciennes écoles au cours des derniers mois.

Cependant, peu de provinces canadiennes ont officiellement reconnu la Journée nationale pour la vérité et la réconciliation comme un jour férié provincial, ce qui a suscité des questions de la part des défenseurs des droits des Autochtones quant à savoir s’ils prennent au sérieux les appels à s’attaquer aux méfaits des pensionnats.

Legault, le premier ministre du Québec, a déclaré jeudi qu’il n’avait pas l’intention de faire du 30 septembre un jour férié provincial parce que le Québec a besoin de plus de « productivité », ont rapporté les médias canadiens.

« Il y a une grande majorité de Québécois qui disent qu’il n’y a pas de système raciste au Québec », a déclaré Legault plus tôt cette semaine, tel que rapporté par le diffuseur public, CBC. « Il y a des racistes, mais ce n’est pas vrai que le réseau de l’éducation, le réseau de la santé, ont des systèmes racistes.

L’année dernière, le premier ministre Justin Trudeau a décrié la mort d’Echaquan comme un exemple de racisme systémique dans le pays. “C’était la pire forme de racisme à une époque où quelqu’un avait le plus besoin d’aide”, a déclaré Trudeau.

 
For Latest Updates Follow us on Google News
 

PREV Les cas de COVID-19 continuent d’augmenter au Canada atlantique avec une quatrième vague de virus
NEXT Le moteur économique du Canada a calé en juillet alors que le PIB s’est à nouveau contracté
----