Breaking news

Kayaye est l’esclavage des temps modernes – Otiko Djaba

Le directeur exécutif de la Henry Djaba Memorial Foundation, Otiko Afisah Djaba, a déclaré que les porteurs en chef, connus sous le nom de kayaye, sont purement de l’esclavage des temps modernes et que les filles engagées dans le commerce sont les esclaves d’une société qui les a abandonnées.

« Kayaye est un échec des parents, du système gouvernemental et des responsables, de la communauté, des chefs traditionnels, des parties prenantes et des filles elles-mêmes », a-t-elle indiqué.

Madame Djaba a déclaré cela lors d’une conférence de dialogue national sur le bien-être, la réduction et l’éradication de la menace Kayayei dans le pays.

L’événement organisé par la Fondation Henry Djaba avec ses partenaires Fonds des Nations Unies pour la population (UNFPA), est de permettre aux parties de partager des idées pour identifier des solutions durables pour relever les défis auxquels sont confrontées les filles impliquées dans le commerce pour apporter la dignité aux femmes et aux jeunes filles dans Nord du Ghana.

Elle a déclaré que Kayayes luttait depuis si longtemps contre les cicatrices de la pauvreté, de la faim, de la peur des abus et de la violence et a appelé les Ghanéens à prendre des responsabilités et des mesures collectives pour aider le gouvernement à offrir un avenir meilleur avec de grandes opportunités aux filles Kayaye du pays. .

« Je défie le gouvernement et les assemblées de fournir des investissements agressifs dans l’infrastructure de nos communautés rurales pour augmenter la croissance, offrir des moyens de subsistance alternatifs et réduire l’exode rural de nos filles ». Elle a noté

Elle a exhorté les parents à être responsables et à prendre bien soin du bien-être de leurs enfants.

M. Sule Salifu, chef de l’exécutif métropolitain de Tamale, a exhorté les parties prenantes à proposer des directives politiques pour le bien-être, la réduction et l’éradication de Kayaye au cours des prochaines années afin de mettre fin au commerce de Kayaye.

Il a exhorté les parents à soutenir le gouvernement pour aider ces filles, en particulier des zones rurales, à acquérir des compétences éducatives et professionnelles pour réduire la pauvreté, ce qui a conduit les filles à s’engager dans le commerce Kayaye.

Il a conseillé aux parties prenantes de protéger les filles contre les mariages précoces, les grossesses non désirées et le VIH.

M. Mammah Tenii, le spécialiste du programme de l’UNFPA dans la région du Nord, a déclaré que l’UNFPA continuerait à soutenir le gouvernement pour améliorer l’avenir des Kayayes afin d’avoir une vie meilleure dans la société.

Naa Bakpem Yoo-Naa Abdulai V, le chef suprême de la zone traditionnelle de Savelugu, a exhorté le gouvernement à développer des compétences de subsistance dans les zones rurales, en particulier dans le nord du Ghana, afin d’améliorer la cause de la vie et de réduire la situation de Kayaye.

 
For Latest Updates Follow us on Google News
 

PREV Nana Ama McBrown veut que Maxin parle mieux anglais que Nana Aba Anamoah (REGARDER)
NEXT Excitation et soulagement alors que les enfants albertains reçoivent leurs premiers vaccins COVID-19
----