Breaking news

Les groupes climatiques canadiens optimistes avant la COP26

TORONTO — Alors que les dirigeants mondiaux se réunissent à Glasgow pour la conférence des Nations Unies sur les changements climatiques, les groupes climatiques canadiens affirment que davantage de politiques doivent être mises en place pour réduire l’utilisation du charbon et se tourner vers les énergies renouvelables.

Le sommet, qui aura lieu du 31 octobre au 12 novembre, verra plus de 190 dirigeants mondiaux se réunir dans un effort pour lutter contre le changement climatique et accélérer l’action vers les objectifs de l’Accord de Paris et de la Convention-cadre des Nations Unies sur les changements climatiques.

Rick Smith, président de l’Institut canadien pour des choix climatiques, se rendra lui-même à la conférence. S’il admet qu’il est “très optimiste” sur ce que la COP26 réalisera, il dit qu’il y a encore besoin de progrès.

“Un chiffre compte plus que toute autre chose et c’est 1,5 degré, le réchauffement par rapport aux niveaux historiques que les scientifiques nous disent que notre planète peut supporter”, a déclaré Smith à CTV News Channel dimanche. “Donc, ce que nous devons voir à Glasgow, c’est la somme totale de tous ces pays venant du monde entier, augmentant leurs contributions à cet objectif de réduction de carbone.”

En 2015, près de 200 pays se sont engagés à limiter le réchauffement climatique à 1,5 C par rapport aux niveaux préindustriels avec la signature de l’Accord de Paris. Mais le mois dernier, l’ONU a averti que les politiques promises par ces partis conduiront à une augmentation de la température d’environ 2,7 °C d’ici la fin de ce siècle. L’organisation a depuis publié un rapport indiquant que les récentes annonces de dizaines de pays visant à atteindre un objectif de zéro émission nette d’ici 2050 pourraient limiter une augmentation de la température mondiale à 2,2 °C, un chiffre qui n’atteint toujours pas l’objectif de 1,5 °C.

Malgré les prévisions sombres, Rachel Samson, directrice de la recherche sur la croissance propre à l’Institut canadien pour des choix climatiques, affirme que ces mesures sont toujours un pas dans la bonne direction.

“Il y a de grandes raisons d’être optimiste à ce stade”, a déclaré Samson à CTV News Channel samedi. « Nous sommes maintenant dans une position où des pays représentant plus de 70 % du PIB mondial se sont engagés à atteindre zéro émission nette de gaz à effet de serre d’ici 2050. »

Il y a eu une conversation sur les pays ne participant pas activement à la COP26, comme la Russie et la Chine, mais toujours en tête des émissions de gaz à effet de serre. Mais Smith et Samson soulignent tous deux l’engagement de la Chine à atteindre zéro émission nette de gaz à effet de serre d’ici 2060, et l’indication que la Russie s’engagera à atteindre un objectif similaire. Smith souligne également les récentes annonces faites par des pays comme la Chine pour arrêter les nouveaux projets de charbon.

« Le pipeline de nouvelles centrales au charbon a maintenant diminué de 75 % au cours des deux dernières années, vous avez donc du mal à trouver des investisseurs où que ce soit pour installer une nouvelle centrale au charbon », a déclaré Smith. « C’est un grand pas en avant.

Alors que Samson fait l’éloge des politiques existantes concernant la tarification du carbone, elle souligne également d’autres engagements gouvernementaux tels qu’un plafonnement des émissions de pétrole et de gaz et le passage à des ventes de voitures à zéro émission d’ici 2035.

« C’est la partie délicate, c’est de mettre en place ces politiques [and] continuer à les augmenter », a-t-elle déclaré.

Nathan Gillett, chercheur à Environnement et Changement climatique Canada, souligne l’importance d’éliminer progressivement le charbon pour atteindre les objectifs mondiaux.

“Le charbon est le combustible fossile qui produit les plus grandes émissions de gaz à effet de serre pour la quantité d’énergie créée”, a-t-il déclaré dimanche à CTV News Channel. “C’est donc vraiment le combustible fossile numéro un que nous devons éliminer si nous voulons commencer à réduire les émissions.”

Lors du sommet du G20 à Rome, les dirigeants se sont engagés à « mettre fin à la fourniture de financements publics internationaux pour une nouvelle production d’électricité au charbon sans relâche à l’étranger d’ici la fin de 2021 ». Il s’agit d’un soutien financier à la construction de centrales à charbon à l’étranger.

Gillett encourage également les investissements dans les énergies renouvelables ainsi que la promotion des véhicules électriques et la limitation des émissions de dioxyde de carbone. Ce sont toutes des choses qu’il dit que le Canada doit faire pour tenir sa promesse d’atteindre zéro émission nette d’ici 2050.

« Atteindre le zéro net signifie également développer des technologies pour éliminer réellement le dioxyde de carbone qui est déjà dans l’atmosphère », a-t-il déclaré. « Il y a donc beaucoup de choses à faire. Je pense que les politiques sont en cours d’élaboration pour aller dans cette direction.

Avec le remaniement ministériel de la semaine dernière qui a permis à deux éminents défenseurs de l’environnement d’occuper des postes importants – le ministre de l’Environnement et du Changement climatique Steven Guilbeault et le ministre des Ressources naturelles Jonathan Wilkinson – Smith affirme que le moment ne pourrait pas être meilleur pour mettre en œuvre des changements significatifs.

«Je pense que tout est en place maintenant, au cours des prochains mois, pour que le gouvernement fédéral, en consultation avec les provinces, élabore la première véritable loi sur la réduction des émissions de 2030 d’un pays grâce à une combinaison de véhicules électriques et d’autres choses», a-t-il déclaré. “Nous devons faire des progrès rapides ici, mais je suis optimiste que tout est maintenant mis en place pour nous permettre de le faire.”

 
For Latest Updates Follow us on Google News
 

PREV 21 JEUX IMBATTU À DOMICILE ! | Faits saillants de Man City | Ville 4-1 Forêt | U18 – Man City
NEXT Les partis d’opposition organisent un débrayage au Parlement et protestent contre la suspension des députés
----