Pas de repos pour le roi :: Mmegi Online

Pas de repos pour le roi :: Mmegi Online
Pas de repos pour le roi :: Mmegi Online

L’État a demandé la révocation de la caution de Kgosi, mais l’affaire n’a pas abouti car son avocat n’était pas disponible. Cependant, les ennuis de Kgosi sont loin d’être terminés car il était de nouveau entre les mains de la Direction du renseignement et de la sécurité (DIS) pour avoir prétendument menacé un procureur de l’État peu de temps après son départ du tribunal de première instance de Broadhurst. Avant de quitter le tribunal, Kgosi a été filmé en train de dire à l’avocate d’arrêter de harceler sa femme, ce qui a suffi à le placer à nouveau du mauvais côté de la loi. « Je tiens actuellement le téléphone de Mephato. Après avoir quitté le tribunal en direction d’un rassemblement, nous avons vu des lumières bleues et nous avons été arrêtés par des agents du DIS. Ils ont dit que j’avais menacé l’avocat, mais je suis sûr que même les médias ont des enregistrements. lui demandait simplement d’arrêter d’appeler ma femme parce qu’elle est déprimée à cause de tout cela.

Il n’y avait rien de mal, ils cherchent juste à me mettre derrière les barreaux. Nous sommes actuellement dans leurs bureaux à Sebele pour entendre ce qui se passe », a-t-il déclaré au Monitor peu après son arrestation. Il a ensuite été libéré sans inculpation. l’État s’est adressé à la Haute Cour pour demander une révision de la décision.

L’État veut que l’ancien directeur du DIS soit mis en prison pendant 14 jours ou que ses conditions de libération sous caution soient entièrement revues. « La décision du magistrat de libérer Kgosi sous caution doit être réexaminée et annulée.

Qu’il soit placé en détention provisoire pendant 14 jours et qu’il soit déféré à un autre huissier de justice près le tribunal de grande instance le 11 novembre 2021 », lit-on dans les journaux. De plus, l’État veut que Kgosi honore toutes ses comparutions devant le tribunal, se présente à un poste de police une fois toutes les deux semaines, et n’interfère pas avec les témoins potentiels ou n’entrave pas le cours de la justice. « De plus, son passeport restera sous la garde de la police et il ne quittera pas le pays sans le consentement de l’enquêteur, lequel consentement ne doit pas être refusé sans motif valable », a déclaré l’État.

Les parties ont comparu devant le tribunal hier pour discuter de l’affaire, mais les avocats de Kgosi, Unoda Mack et Thabiso Tafila n’étaient pas présents. Kgosi est accusé d’atteinte à la sécurité nationale du pays et fait face à six chefs d’accusation, dont celui d’avoir été trouvé en possession de munitions. Il a déclaré au tribunal que ses avocats étaient tous deux hors de la ville et qu’il n’avait reçu les papiers que tard la veille. « J’ai reçu les papiers en retard et j’ai appelé mes deux avocats mais ils n’étaient pas disponibles.

Je ne pouvais rien faire et en plus de cela, je pensais que l’affaire était devant la Haute Cour de Lobatse, d’où mon absence dans la matinée », a-t-il déclaré. Kgosi, qui semblait frustré, a supplié le tribunal de mettre en garde les avocats de l’État de harceler sa famille, en particulier sa femme. D’une voix chargée, Kgosi a déclaré que les avocats harcelaient constamment sa femme sans aucune raison alors qu’ils savent très bien qu’ils sont mariés hors communauté de biens et qu’elle n’a rien à voir avec l’affaire. Le juge de la Haute Cour de Gaborone, Michael Mothabi, a reporté l’affaire à 9 heures du matin aujourd’hui.

 
For Latest Updates Follow us on Google News
 

PREV L’Anglais Jack Leach apprend de l’Australien Nathan Lyon
NEXT Les progrès du Royaume-Uni sur Covid sont désormais gaspillés, avertit un scientifique de haut niveau | Coronavirus
----