Le Parlement ne peut pas ordonner à la Faculté de droit d’admettre 499 étudiants – Procureur général

Le procureur général, Godfred Yeboah Dame, a déclaré que le Parlement ne pouvait pas diriger le Conseil juridique général sur ses processus d’admission par résolution.

Le Parlement a voté à l’unanimité la semaine dernière, ordonnant au Conseil juridique général d’admettre immédiatement les 499 étudiants qui ont réussi mais qui se sont vu refuser l’admission à la Ghana School of Law.

Le Parlement a en outre demandé au procureur général de veiller à ce que cette résolution du Parlement soit respectée.

Mais dans une lettre adressée au Président du Parlement, Godfred Yeboah Dame a fait valoir que le Parlement ne peut pas utiliser une résolution pour donner de telles directives.

«Tout en reconnaissant les pouvoirs législatifs généraux du Parlement au Ghana, sauf dans les cas qui ont été circonscrits par la Constitution, je suis contraint de signaler que le Parlement est dépourvu de pouvoir par l’utilisation de résolutions parlementaires, pour contrôler le processus d’admission à la Ghana School of Loi.

« Le mode d’exercice du pouvoir législatif consacré à l’article 106 de la Constitution n’admet pas de résolutions.

Le procureur général a ajouté que c’est plutôt l’exécutif qui peut légalement lui donner de telles instructions. Et a noté que le président prenait déjà des mesures sur la question.

« Il est exact que l’article 1(5) de la loi 32 stipule ainsi : « Le Conseil, dans l’exercice de ses fonctions, se conforme aux directives générales données par le ministre ».

«À mon humble avis, cette disposition souligne la capacité de l’exécutif, et non du législatif, par l’intermédiaire du ministre responsable du Conseil juridique général, c’est-à-dire le procureur général et le ministre de la justice, de diriger et de conseiller le Conseil sur les grandes questions d’ordre national. importance.”

« À cet égard, il est pertinent d’indiquer que par une lettre datée du 18 octobre 2021 reçue à mon bureau le 21 octobre 2021, Son Excellence le Président m’a transmis le contenu d’une pétition des « 499 candidats » pour mes commentaires en afin de lui permettre de répondre. Une autre pétition datée du 20 octobre 2021 de l’Association nationale des étudiants en droit a également été remise au président.

« À la remise de mes commentaires sur les questions soulevées dans les deux pétitions et à la suite de consultations supplémentaires avec moi-même, par une lettre datée du 26 octobre 2021 (trois jours francs avant la résolution du Parlement), reçue à mon bureau le 27 octobre 2021 , le président m’a demandé, conformément à l’article 1(5) de la loi 32, … de faire l’intervention nécessaire auprès du conseil juridique général, au nom des 499 étudiants, pour traiter la question », poursuit le communiqué.

Pendant ce temps, le premier vice-président Joe Osei Wusu a clarifié sa décision au GLC.

Selon Joe Osei Wusu, si le Parlement – l’institution qui a créé le Conseil juridique général – ne peut pas lui ordonner de respecter une résolution, alors le procureur général devrait comparaître devant la Chambre pour expliquer pourquoi.

« Si le Parlement, le représentant du peuple, je veux dire le bras du gouvernement de l’institution qui a créé l’agence qui est dorée de tous les pouvoirs ne peut pas leur demander de suivre les règles qu’ils édictent, s’il vous plaît, le procureur général est responsable devant le Parlement.

“L’agence ne s’adressera peut-être pas directement à nous, mais le procureur général est responsable devant le Parlement et il peut être appelé devant le Parlement pour expliquer pourquoi la résolution ne peut pas être respectée”, a-t-il déclaré.

 
For Latest Updates Follow us on Google News
 

PREV Eoin Morgan parle avant l’Angleterre contre l’Afrique du Sud – Cricket World
NEXT Réagissant aux fans des 76ers scandant “Nous voulons Lillard” | Ce juste dans – ESPN
----