Éthiopie : L’OFC appelle à la création d’un gouvernement intérimaire – Négociation vers un gouvernement de transition inclusif

Addis Abeba – Le Congrès fédéraliste oromo (OFC) a publié hier une déclaration réitérant les appels à une résolution pacifique de ce qu’il a appelé une guerre évitable qui fait rage dans tout le pays. Dans sa déclaration, l’OFC a énuméré les mesures à prendre immédiatement pour sauver le pays de la désintégration et la région entière d’une déstabilisation potentielle, parmi lesquelles la mise en place immédiate d’un gouvernement intérimaire pour une période de 3 à 6 mois avec un mandat pour maintenir la loi et ordre, entreprendre l’élaboration d’une feuille de route commune et faciliter les processus de dialogue national. Pendant le mandat de l’administration intérimaire, toutes les parties entameront des négociations sur la formation d’un gouvernement de transition inclusif qui durera 18 mois. Aucun acteur majeur ne sera exclu de ces négociations, a déclaré l’OFC.

Déclaration complète

Rappelant le récent communiqué de presse “Seul un dialogue national honnête, authentique et inclusif peut résoudre la crise politique du pays” annoncé le 25 octobre 2021, et même au-delà du Congrès fédéraliste oromo (OFC) a été maintes fois appelé et fait appel à l’actuel parti au pouvoir et ses dirigeants à changer de cap et à quitter la route périlleuse actuelle de la destruction et de son impasse politique, qui a poussé le pays au bord d’une potentielle désintégration. Car le parti au pouvoir et ses dirigeants n’ont pas l’audace de prendre des mesures positives concrètes, des dangers se profilent sur la terre éthiopienne. Pour faire face au danger imminent, nous réitérons à nouveau avec force que le règlement pacifique est une panacée pour les crises éthiopiennes actuelles.

Depuis l’accession au pouvoir du Premier ministre Abiy Ahmed en 2018 après 27 ans de régime autoritaire à parti unique, les Éthiopiens en général et le peuple Oromo en particulier, espèrent une transition démocratique réussie grâce à un dialogue national honnête et authentique qui peut conduire le pays vers une paix durable, une gouvernance démocratique et un développement économique significatif, ce qui pourrait à son tour sortir des millions de nos citoyens de la pauvreté.

Cependant, le gouvernement en place a rapidement agi pour réaliser son ambition d’un régime à parti unique qui a gâché l’opportunité d’une véritable transformation démocratique, anéantissant les espoirs de millions de personnes qui rêvaient de liberté et de démocratie.

Notre parti, l’OFC, a saisi toutes les occasions de coopérer avec le parti au pouvoir pour tracer une feuille de route commune pour une transition en douceur. Notre effort pour aider le parti au pouvoir à avancer sur la bonne voie est devenu un risque pour la sécurité de nos membres qui ont été emprisonnés en masse, forcés de fuir leurs proches, battus et même abattus juste pour être en désaccord avec le chemin le gouvernement a choisi.

Malheureusement, la réponse du gouvernement à tous nos appels pacifiques a été la fermeture de presque tous les bureaux de notre parti à travers le pays, à l’exception de trois, en plus de forcer l’OFC à se retirer des élections mal conçues de 2021 organisées par des processus électoraux illégitimes qui ont abouti à la d’habitude, “j’ai gagné 99% ou 100% des voix” tradition que nous avons connue des anciens dictateurs d’Ethiopie ou d’ailleurs en Afrique. Par conséquent, aujourd’hui, l’Éthiopie se trouve à un carrefour critique d’incertitude, ce qui nous a obligés à avancer les points ci-dessous comme alternative de solution.

Il est certain qu’une guerre évitable fait rage dans tout le pays, dévorant la vie de dizaines de milliers de personnes et apportant la misère à des dizaines de millions de personnes. Et, plus que jamais dans l’histoire de notre pays, la guerre ne se limite pas aux factions armées, mais aussi des citoyens ordinaires sans véritable formation à la guerre ou n’ayant aucune connaissance des règles internationales d’engagement en guerre sont devenus des acteurs actifs de l’horreur.

Après avoir évalué le bain de sang en cours dans le pays et le potentiel d’une guerre de tous contre tous dont le résultat final ne peut être prédit, notre parti demande que les mesures suivantes soient immédiatement prises pour sauver notre peuple de la guerre civile, notre pays de la désintégration et toute la région d’une déstabilisation potentielle.

Nous appelons à la mise en place immédiate d’un gouvernement intérimaire présidé par une personne acceptée par les principales parties prenantes qui servira pour une période de 3 à 6 mois avec un mandat pour maintenir l’ordre public, entreprendre l’élaboration d’une feuille de route commune et faciliter le dialogue national processus.

Nous exhortons toutes les parties belligérantes à négocier immédiatement un cessez-le-feu. Mettre fin aux hostilités, y compris fournir un accès humanitaire sans entrave pour nourrir les affamés, soigner les malades, permettre aux déplacés de rentrer chez eux et rétablir les services essentiels dans toutes les régions. Cela inclura une répudiation totale de toutes les incitations à la violence et au discours de haine sous toutes ses formes.

Tous les prisonniers politiques détenus dans diverses prisons et centres de détention doivent être libérés immédiatement.

Pendant le mandat de l’administration intérimaire, toutes les parties entameront des négociations sur la formation d’un gouvernement de transition inclusif qui durera 18 mois. Aucun acteur majeur ne sera exclu de ces négociations.

Inscrivez-vous gratuitement aux newsletters AllAfrica

Recevez les dernières actualités africaines directement dans votre boîte de réception

Succès!

Presque fini…

Nous devons confirmer votre adresse e-mail.

Pour terminer le processus, veuillez suivre les instructions dans l’e-mail que nous venons de vous envoyer.

Erreur!

Un problème est survenu lors du traitement de votre soumission. Veuillez réessayer plus tard.

Le gouvernement de transition inclusif adoptera une charte de transition, y compris toutes les mesures nécessaires pour la stabilisation économique et la reprise, et finalisera les processus de dialogue national pour déterminer l’avenir de l’Éthiopie. L’administration intérimaire mettra fin à son mandat en organisant des élections « libres, équitables et crédibles ».

Alors que la guerre civile en cours a détruit l’économie de notre pays et que des millions de personnes sont confrontées à la famine, nous appelons la communauté internationale à soutenir le nouvel arrangement de transition en fournissant un soutien diplomatique, financier et matériel au fonctionnement du nouveau gouvernement de transition afin afin d’assurer la sécurité ainsi que le bien-être de nos citoyens.

En conclusion, l’OFC exhorte tous les Éthiopiens, la communauté internationale et les parties belligérantes à entendre notre voix et à coopérer pour parvenir à une paix et une stabilité durables afin de sauver notre pays. À cet égard, l’Oromo Federalist Congress (OFC) réitère avec force son soutien à toute solution politique authentique et honnête qui aide à la rédemption de l’Éthiopie. Envoi

 
For Latest Updates Follow us on Google News
 

PREV La tournée de tennis féminin suspend les événements en Chine en raison des préoccupations de Peng
NEXT Les partis d’opposition organisent un débrayage au Parlement et protestent contre la suspension des députés
----