Les provinces contestent le transfert fédéral proposé en santé mentale – Canada News

Les provinces contestent le transfert fédéral proposé en santé mentale – Canada News
Les provinces contestent le transfert fédéral proposé en santé mentale – Canada News

Photo : La Presse Canadienne

Ministre de la Santé mentale et des Dépendances et ministre associée de la Santé Carolyn Bennett.

Bien que les gouvernements provinciaux réclament plus de fonds pour renforcer leurs systèmes de santé à la suite de COVID-19, certains s’opposent à une promesse électorale libérale d’offrir un financement dédié à la santé mentale.

Les contributions fédérales aux systèmes de santé provinciaux, y compris les services de santé mentale, sont financées par le Transfert canadien en matière de santé.

Lors de la campagne électorale fédérale, les libéraux ont proposé un transfert spécifiquement ciblé sur les soins de santé mentale, en commençant par 4,5 milliards de dollars sur cinq ans.

Le transfert serait lié aux normes nationales pour assurer un certain niveau de soins accessibles à travers le pays.

Deux provinces aux extrémités opposées du spectre politique conviennent qu’un transfert dédié est la mauvaise approche.

“Ce qu’ils proposent est à la fois inefficace et … une atteinte aux fondamentaux tout en ayant un débat sur, à certains égards, le crédit. Je ne pense pas que ce soit ce dont nous avons besoin”, a déclaré le ministre de la Santé de la Colombie-Britannique, Adrian Dix, dans une interview avec La Presse Canadienne.

La Colombie-Britannique finance actuellement ses services de santé mentale à l’aide du Transfert canadien en matière de santé, et Dix a déclaré que la province devra continuer à le faire même si un transfert distinct est établi.

C’est parce qu’il est impossible d’analyser le financement de la santé mentale du reste du système de santé, dit-il.

« La santé mentale est liée à la santé physique, et la meilleure façon d’aborder ces problèmes est d’aborder le Transfert canadien en matière de santé », a-t-il déclaré.

Toutes les provinces et tous les territoires se sont réunis pour exiger du gouvernement fédéral qu’il augmente immédiatement sa part des coûts globaux des soins de santé de 22 à 35 %, soit une augmentation d’environ 28 milliards de dollars de plus cette année.

Ils ont également demandé des augmentations de financement minimales de cinq pour cent par an, affirmant que le plan actuel de hausses de trois pour cent des dépenses signifie que les transferts ne suivent pas le rythme des augmentations annuelles des coûts.

Toutes les provinces conviennent que l’augmentation du financement devrait se faire sans conditions fixées par le gouvernement fédéral, afin que chaque juridiction puisse cibler ses propres besoins.

« Nous avons des défis et des solutions distincts, et nous pensons que le gouvernement du Canada sera plus efficace s’il se concentre sur le fait d’être un partenaire financier et la promotion d’objectifs communs, plutôt que de prescrire des priorités ou des solutions spécifiques avec un financement conditionnel ou des transferts réservés », a déclaré Alberta Health. Le porte-parole du ministre Jason Copping, Steve Buick.

Alors que l’Alberta et la Colombie-Britannique ont nommé des postes ministériels pour signaler leur concentration sur la santé mentale, les provinces adoptent des approches très différentes pour y remédier, par exemple.

Le nouveau transfert ne vise pas à s’attribuer le mérite des services de santé mentale, a déclaré la ministre fédérale de la Santé mentale, Carolyn Bennett, dans une interview. Elle a plutôt dit qu’il s’agissait d’élaborer une stratégie nationale pour la santé mentale et de mettre en place les fonds nécessaires pour y parvenir.

“Il ne s’agit plus seulement d’hôpitaux et de médecins, mais sachant que nous devons renforcer les ressources humaines en santé mentale, nous devons élaborer la stratégie numérique dont nous avons besoin pour accroître la littératie en santé mentale”, a déclaré Bennett.

L’un des avantages du transfert dédié sera que le gouvernement fédéral sera en mesure d’évaluer si les fonds produisent des résultats, a-t-elle déclaré.

L’idée a déjà l’appui du NPD, pourvu qu’il y ait de bonnes normes pour accompagner les fonds.

« Je pense qu’il est vraiment important de transférer de l’argent pour les soins de santé mentale, à dépenser pour les soins de santé mentale, et de garantir la responsabilité de savoir où cet argent est dépensé », a déclaré le porte-parole du NPD en matière de santé mentale, Gord Johns.

« Nous allons faire pression sur le gouvernement pour qu’il finance ce transfert aux provinces qui est consacré à la santé mentale et qu’il veille à ce qu’il y ait des normes établies en vertu de la Loi canadienne sur la santé et qu’il y ait une plus grande responsabilisation pour s’assurer que l’argent est dépensé pour la santé mentale .”

Avec tout le stress que les systèmes de santé ont enduré pendant la pandémie, comme les arriérés chirurgicaux, les pénuries de personnel et la capacité de soins actifs, la santé mentale pourrait tomber sur la liste des priorités sans financement fédéral dédié, a déclaré Michel Rodrigue, président de la Commission de la santé mentale du Canada.

Le Canada dépense déjà moins pour la santé mentale en proportion des dépenses totales de santé par rapport à certains autres pays de l’OCDE, a déclaré Rodrigue.

Là où l’Angleterre consacre 12 % de son budget de la santé à la santé mentale, le Canada n’en dépense que 7 %, a-t-il déclaré.

« Nous considérons les transferts comme un outil puissant pour combler cette lacune de longue date dans la mosaïque de services de santé mentale de notre pays », a-t-il déclaré.

Les gouvernements fédéral et provinciaux n’ont pas entamé de négociations sur le transfert des soins de santé mentale, mais les premiers ministres ont exigé une rencontre des premiers ministres avec le premier ministre Justin Trudeau consacrée au financement des soins de santé.

 
For Latest Updates Follow us on Google News
 

PREV odisha : le cyclone Jawad devrait frapper l’Andhra Pradesh et l’Odisha à partir d’aujourd’hui | Inde Nouvelles
NEXT Les partis d’opposition organisent un débrayage au Parlement et protestent contre la suspension des députés
----