Roman Sadovsky du Canada revient sur les patineurs artistiques olympiques de Sotchi à la Coupe Rostelecom

Lorsque Roman Sadovsky est entré dans le célèbre palais de patinage Iceberg de Sotchi plus tôt cette semaine, il a pensé aux nombreux patineurs qui avaient emprunté le même chemin avant lui.

L’Iceberg était le site des Jeux olympiques de Sotchi 2014, où des stars canadiennes telles que Patrick Chan et Tessa Virtue et Scott Moir étaient montées sur le podium des médailles.

“Holy moly”, a-t-il posté sur sa page Instagram, à côté d’une photo du lieu étincelant aux carreaux bleus.

“C’est une si belle installation, vraiment sympa, et le parc olympique en général”, a déclaré Sadovsky jeudi. “C’est vraiment cool, toute ma perspective des Jeux olympiques de 2014 à partir de (regarder) la télévision, puis je marche dans le bâtiment, j’essaie de l’imaginer de leur point de vue. C’est plutôt cool.”

Le Torontois de 22 ans, qui participe à la Coupe Rostelecom cette semaine à Sotchi, espère créer sa propre perspective olympique en février à Pékin.

Lors de l’épreuve allemande du trophée Nebelhorn en septembre, Sadovsky a décroché une deuxième place olympique en simple masculin pour Pékin avec sa huitième place. Il n’est cependant pas assuré d’avoir une de ces places — elles seront décidées lors des essais olympiques en janvier à Ottawa. Mais Sadovsky est fier que sa performance ait doublé les chances pour les meilleurs Canadiens tels que Keegan Messing, Nam Nguyen – et lui-même – de frapper un billet pour la Chine.

“C’était une expérience vraiment différente, je n’ai jamais eu l’expérience (de patiner potentiellement pour quelqu’un d’autre), chaque fois, c’était pour moi-même”, a-t-il déclaré à propos du trophée Nebelhorn. “Honnêtement, j’étais très bien préparé. Je pensais que j’étais dans un très bon endroit. Mais une fois que la musique a commencé, c’est là que j’ai vraiment commencé à me sentir bien, l’attente était vraiment grande.

“Je suis vraiment heureux d’avoir pu obtenir cette place. Je suis sûr que je me donnerais un coup de pied si je ne le faisais pas.”

Les championnats du monde déterminent normalement le nombre de places olympiques pour chaque pays, mais COVID-19 a empêché certains pays d’envoyer des équipes complètes à Stockholm pour les championnats du monde au printemps dernier, et des opportunités supplémentaires ont donc été ajoutées.

La pandémie a été particulièrement difficile pour les athlètes canadiens, qui ont été cloués au sol pendant des mois par des restrictions et des blocages aux frontières. Les patineurs ont dû faire face à de longues fermetures d’arènes. Avant le Trophée mondial par équipe en avril dernier au Japon, la seule compétition de Sadovsky avait été le Défi virtuel de Patinage Canada.

Il a remporté le titre du simple masculin dans l’événement préenregistré inhabituel qui a permis aux patineurs d’exécuter leur programme dans leurs patinoires vides. La vidéo des programmes a ensuite été diffusée comme n’importe quel programme de patinage, sauf quelques semaines plus tard. Les juges ont noté les programmes au fur et à mesure qu’ils étaient diffusés.

Sadovsky a regardé l’événement étrange se dérouler dans son appartement au sous-sol de la maison de ses parents.

“Cela aurait certainement été bien d’avoir une saison plus normale l’an dernier et d’avoir plus d’opportunités”, a déclaré Sadovsky. “Mais cela nous a quand même donné beaucoup de temps pour nous entraîner et juste peaufiner les détails. Maintenant, il s’agit simplement de le mettre en compétition, ce que nous n’avons pas fait depuis un moment. Mais je commence lentement à revenir dans le sillon.

“Et honnêtement, je suis juste heureux que nous ayons ces opportunités maintenant.”

L’autre passion de Sadovsky – produire des vidéos dans son mini studio en sous-sol – a été une diversion mentale bienvenue contre la pression des Jeux olympiques imminents au milieu de la pandémie. Sadovsky, dont la chaîne YouTube “Romsky” compte plus de 20 000 abonnés, a produit un clip vidéo plus tôt ce mois-ci pour le chanteur Toy Noah.

« Beaucoup même des trucs de patinage que je publie, je ne poste pas aussi souvent, juste cette année en général était très occupée avec tout comme le buzz social et ainsi de suite, et c’était définitivement le moment de s’évader et de faire d’autres choses », a déclaré Sadovsky. “Peu importe quoi, le buzz du patinage sera toujours là sur les réseaux sociaux, donc c’est vraiment agréable d’avoir des distractions.”

Le Canada compte quatre inscriptions à la Coupe Rostelecom, la dernière des six épreuves du Grand Prix ISU. Sadovsky est le seul Canadien en simple masculin. Il est rejoint par Madeline Schizas en simple dames, Laurence Fournier Beaudry et Nikolaj Sorensen en danse sur glace, et l’équipe de couples Kirsten Moore-Towers et Michael Marinaro.

La compétition est vendredi et samedi.

Ce rapport de La Presse Canadienne a été publié pour la première fois le 25 novembre 2021.

 
For Latest Updates Follow us on Google News
 

PREV Covid: Sajid Javid défend “une action rapide” sur la variante Omicron – BBC News
NEXT Schiff: la décision du panel du 6 janvier sur les accusations portées contre Meadows pourrait être rendue cette semaine
----