La province pourrait revoir les vaccins obligatoires contre le COVID-19, selon Higgs

La province pourrait revoir les vaccins obligatoires contre le COVID-19, selon Higgs
La province pourrait revoir les vaccins obligatoires contre le COVID-19, selon Higgs

Le Nouveau-Brunswick pourrait revoir la question des vaccins obligatoires contre la COVID-19, a déclaré le premier ministre Blaine Higgs.

Il a fait ce commentaire lundi soir lors d’une entrevue avec CBC Pouvoir et politique, à la suite d’un appel avec le premier ministre Justin Trudeau et les autres premiers ministres.

Jusqu’à présent, le Nouveau-Brunswick a soutenu que l’éducation concernant les vaccins est la clé.

Mais la variante Omicron se propage rapidement, et le nombre de cas et les hospitalisations augmentent.

Un record de 86 personnes sont hospitalisées à cause du virus lundi, dont 13 en soins intensifs. Dix personnes sont sous respirateurs.

Des centaines de travailleurs de la santé sont en congé de maladie ou en isolement, et les hôpitaux sont au niveau d’alerte rouge COVID, ne fournissant que des services d’urgence ou d’urgence.

“Je pense que c’est quelque chose qui fera l’objet de discussions plus approfondies au Nouveau-Brunswick, et probablement à travers le pays”, a déclaré Higgs, qui a été testé positif pour COVID-19 le 29 décembre avec un test rapide après avoir reçu deux doses d’AstraZeneca et un vaccin de rappel.

“Plusieurs” membres de sa famille immédiate, qui ont également été complètement vaccinés et ont reçu leurs doses de rappel, ont également été testés positifs par la suite.

Jeudi dernier, le ministre fédéral de la Santé, Jean-Yves Duclos, a déclaré que les provinces mettront probablement en place des politiques de vaccination obligatoire au cours des prochains mois pour faire face à l’augmentation du nombre de cas de COVID-19.

« Ce que nous voyons maintenant, c’est que notre système de santé au Canada est fragile, nos gens sont fatigués, et la seule façon que nous connaissons de traverser COVID-19, cette variante et toute variante future, est la vaccination », a déclaré Duclos.

« Cinquante pour cent des hospitalisations actuellement, au Québec, sont dues à des personnes qui n’ont pas été vaccinées », a-t-il déclaré. “C’est un fardeau pour les travailleurs de la santé, un fardeau pour la société qui est très difficile à supporter et pour beaucoup de gens difficile à comprendre.

“C’est pourquoi je signale qu’il s’agit d’une conversation que, je crois, les provinces et les territoires, en soutien au gouvernement fédéral, voudront avoir au cours des prochaines semaines et des prochains mois.”

La patience du public « s’épuise » envers les non vaccinés

Higgs a déclaré que le sujet avait fait l’objet d’une “discussion très limitée” lors de l’appel des premiers ministres avec le Premier ministre.

Il y a des “opinions divergentes” à travers le pays, a-t-il déclaré.

Il a noté que l’Assemblée législative du Nouveau-Brunswick a voté en 2020-2021 sur un projet de loi visant à renforcer les règles de vaccination obligatoire pour les écoliers. Le vote ouvert sur le projet de loi du ministre de l’Éducation Dominic Cardy visant à éliminer certaines exemptions a été rejeté 22-20.

Higgs a déclaré qu’il avait voté pour, mais “il y a des opinions variées et des opinions très fortes”.

Pourtant, c’était il y a plus d’un an et “les gens s’épuisent un peu” en patience envers les non vaccinés, a-t-il déclaré.

“Ils ne voient pas pourquoi ils doivent avoir des restrictions alors qu’ils… ont fait un effort supplémentaire et se sont fait vacciner.

« Donc, cela devient de plus en plus un problème. »

Les gens semblent plus disposés à se faire vacciner lorsque cela est nécessaire pour certaines activités sociales qui les affectent, a observé Higgs.

« On l’a vu — que vos enfants fassent partie d’une équipe sportive et que vous vouliez aller au match, ou qu’au Québec… vous vouliez aller au magasin d’alcools, vous devez vous faire vacciner.

“Quand cela affecte les gens personnellement, cela semble alors devenir facilement une option.”

L’objectif est de plus de 90% complètement vacciné

Vendredi dernier, lors d’un briefing COVID, la ministre de la Santé, Dorothy Shephard, a déclaré aux journalistes que la vaccination obligatoire n’était pas sur la table.

“Pour le moment, ce n’est pas un sujet de discussion”, a-t-elle déclaré.

Au cours de ce briefing, Shephard a annoncé que le système de santé serait probablement “testé comme jamais auparavant” dans les semaines à venir.

“C’est un problème sérieux, mais nous maintenons pour le moment que l’éducation, poussant ceux à se faire vacciner, montrant les différences que le vaccin fait … ce sera la voie sur laquelle nous resterons dans un avenir proche”, a-t-elle déclaré.

“Je ne peux pas dire ce qui se passera plus tard. Mais il n’y a aucun endroit au Canada qui examine les mandats.”

Higgs a déclaré qu’il espérait que la province serait en mesure de faire vacciner et booster complètement plus de 90 pour cent de la population, “et ça ira plutôt bien”.

Mais les vaccins obligatoires « est un dialogue que nous aurons probablement à nouveau au Nouveau-Brunswick ».

En date de lundi, 83,2 pour cent des Néo-Brunswickois admissibles ont reçu deux doses, 90,8 pour cent ont reçu une dose et 26 pour cent ont reçu une dose de rappel.

Selon le système de suivi des vaccins de CBC, 79,1 pour cent de la population totale de la province est à double dose et 86,4 pour cent ont reçu au moins une dose.

 
For Latest Updates Follow us on Google News
 

PREV IMD prévoit de fortes précipitations pour le Bihar, le Jharkhand, le Bengale occidental et l’Odisha à partir d’aujourd’hui – Détails
NEXT La Nouvelle-Écosse signale lundi 3 décès dus au COVID-19
----