GAF demande à la police d’enquêter sur les allégations de l’ASEPA concernant les abus de l’avion présidentiel

Les Forces armées ghanéennes (GAF) ont invité les services de police à enquêter sur les allégations formulées par l’Alliance pour l’équité et la responsabilité sociales (ASEPA).

Cela a à voir avec les affirmations de l’Alliance selon lesquelles l’avion présidentiel a été utilisé par la famille de Nana Akufo-Addo pour des activités personnelles entre le 20 et le 30 décembre de l’année dernière.

Le directeur exécutif de l’ASEPA, Mensah Thompson, a insisté sur le fait qu’au cours de ladite période, “les enfants d’un proche parent du président ont emmené le jet présidentiel du Ghana, le jet Falcon EX, lors d’un voyage au Royaume-Uni juste pour les achats de Noël”.

« Ils ne sont pas partis seuls ; ils sont allés avec leurs amis et ont fait la fête dans le ciel tout au long du voyage, prenant des vidéos instantanées et affichant leur aventure chanceuse », a-t-il déclaré.

Mais une déclaration de la GAF a démenti ces affirmations.

Selon le directeur par intérim des relations publiques, le commandant Andy La-Anyane, « cette publication est fausse, frivole et sans aucun fondement.

« Nous tenons en outre à préciser que ledit avion n’est pas allé en Europe depuis très longtemps, et cette publication est donc le fruit de l’imagination de l’auteur. Cependant, ces allégations peuvent facilement être vérifiées car il y a toujours un ordre de travail pour le mouvement de toutes les plates-formes de l’armée de l’air ghanéenne.

GAF demande à la police d'enquêter sur les allégations de l'ASEPA concernant les abus de l'avion présidentiel

Le GAF y voit une tentative de saper son intégrité en public.

À cet égard, la Force a également invité la police à enquêter sur la question pour assurer la fermeture.

“Compte tenu du sérieux que nous attachons à de telles publications malveillantes, la question a été renvoyée à l’inspecteur général de la police pour complément d’enquête”, indique le communiqué du 9 janvier.

Cependant, selon le Daily Graphic, le patron de l’ASEPA dit qu’il n’a pas encore reçu d’invitation de la police.

Pendant ce temps, Mensah Thompson a présenté ses excuses aux forces armées ghanéennes pour ses commentaires.

“Je m’excuse sans réserve auprès des Forces armées ghanéennes si leur image a été affectée de quelque manière que ce soit par ma publication”, a-t-il écrit sur Facebook.

Dans la publication sur Facebook, il a ajouté qu’il avait retiré “la publication en attendant une réponse officielle de la GCAA”.

 
For Latest Updates Follow us on Google News
 

PREV La valeur du bitcoin chute de près de 50 % depuis le record de novembre
NEXT Des hélicoptères aux missiles, le gouvernement de Modi réduit sa liste de courses à l’étranger pour la défense et favorise le Make in India
----