Un avocat offrira un soutien juridique gratuit au bébé dont la main a été laissée pourrir à l’hôpital St. Dominic d’Akwatia

Le juriste Francis-Xavier Sosu a déclaré qu’il intenterait une action en justice pour faute professionnelle médicale contre l’hôpital St. Dominic d’Akwatia dans la région de l’Est pour demander des dommages-intérêts pour la blessure d’un bébé d’un an.

La main droite du bébé pourrit à la suite d’une prétendue négligence clinique.

Le petit garçon, un jumeau, a été admis dans l’établissement le 31 novembre de l’année dernière pour le traitement d’une hernie infantile.

Cependant, selon la mère qui allaite, une canule mal insérée par un clinicien de l’hôpital a entraîné un gonflement de la main du bébé.

L’état s’est aggravé en quelques jours à l’hôpital, mais aucune attention urgente n’a été accordée au bébé.

Le bébé est cependant sorti le 31 décembre, sans que l’intervention chirurgicale prévue soit pratiquée ou le traitement de l’infection de la canule qui a conduit à un abcès de la main.

Dagadu Lydia, la mère des jumeaux, a déclaré qu’elle était retournée à l’hôpital pour se plaindre de l’aggravation de l’état du bébé, mais la direction a refusé de l’entendre.

“Ils sont jumeaux. Le jumeau aîné est celui dont ils ont endommagé la main. Je suis allé à l’hôpital avec le bébé le 31 novembre et le 4 décembre, un médecin du nom de Dr Abu essayait de régler la ligne pour la canule mais avait du mal à obtenir la veine alors il a demandé l’aide d’un autre médecin. Le lendemain, la main de mon bébé était enflée.

« Quand j’ai commencé à me plaindre, ils sont venus me retirer la canule. Ils ont ensuite effectué un scan et m’ont dit que la main du garçon était endommagée, qu’ils devaient couper la main endommagée, ce à quoi je me suis opposé. J’ai insisté pour qu’ils m’expliquent ce qui en était la cause, mais ils ont refusé », a-t-elle raconté.

La semaine dernière, Lydia a mobilisé les membres de sa famille environ neuf d’entre eux, accompagnés d’un journaliste et a pris d’assaut l’hôpital pour rencontrer la direction de l’établissement, mais l’administrateur de l’hôpital St. Dominic, le révérend Kenneth Abban a crié au journaliste de sortir.

Le journaliste s’est récusé après 30 minutes de bras de fer.

La réunion s’est cependant terminée de manière non concluante car la direction n’a pas admis de négligence médicale de sa part.

Lorsqu’il a été contacté, le révérend père Kenneth Abban, l’administrateur responsable de l’hôpital St. Dominic, a déclaré que la blessure du bébé avait été causée par un homme de Juju à qui ils avaient envoyé le bébé.

«Ils ont envoyé le bébé à un homme Juju et c’est la cause. Ils sont même venus nous présenter des excuses, demandez à son oncle », a déclaré le révérend. dit Abbanh.

Cependant, dans une réfutation rapide, la mère qui allaite Lydia Dagadu a décrit le révérend Père Abban comme un menteur malhonnête.

Selon elle, l’état du garçon s’est produit à l’hôpital et après un mois sans traitement dans l’établissement, a invité un herboriste à évaluer l’état à la maison après sa sortie.

Elle a cependant dit que l’herboriste avait refusé de s’occuper du bébé parce qu’il disait que c’était au-delà de ses capacités.

S’exprimant sur Kingdom FM, basé à Accra, l’avocat des droits de l’homme qui est également député de Médine, Francis Xavier Sosu, a déclaré que son cabinet d’avocats et la famille de la victime étaient en discussion pour engager une action en justice contre l’hôpital.

« Dans ces circonstances, l’établissement a fait preuve de négligence dans son travail. Il s’agit d’un cas typique de négligence médicale dans lequel l’hôpital doit être poursuivi en dommages-intérêts pour indemniser le bébé et la mère. Avec cette condition, la gérer avec le reste de la vie de l’enfant n’est pas facile. C’est traumatisant.

« Cela peut affecter son éducation. Même s’il veut faire d’autres interventions chirurgicales, cela impliquera de l’argent, donc une compensation aiderait à alléger le fardeau. Ainsi, lorsque nous rencontrerons la famille, nous évaluerons l’état de santé et examinerons les remèdes disponibles », a-t-il déclaré.

 
For Latest Updates Follow us on Google News
 

PREV Pas de lumière, pas de chauffage, pas d’argent – c’est la vie en Ukraine pendant la cyberguerre
NEXT Lettre d’Afrique : les funérailles de Desmond Tutu repensées à la ghanéenne – BBC News Afrique
----