Rishabh Pant l’endroit le plus brillant alors que les frappeurs laissent beaucoup à désirer

Les souvenirs de 2007 sont revenus hanter Rahul Dravid alors que l’Inde était battue 2-1 en trois matches. Dravid, qui était le capitaine de cette série, était de retour dans la Rainbow Nation en tant qu’entraîneur-chef cette fois-ci. Dans cette série également, l’Inde a pris les devants en remportant le premier test, avant que l’Afrique du Sud ne revienne et ne scelle l’accord avec des victoires consécutives. Il aurait aimé gagner, mais le destin a eu d’autres idées. L’Inde a très bien commencé, battant les hôtes lors du premier test par 113 courses. Mais tout comme en 2007, les visiteurs se sont essoufflés alors que les frappeurs continuaient de les abandonner à des moments cruciaux. Nous examinons l’équipe indienne et les performances de chaque joueur tout au long de la série.

Inde vs Afrique du Sud: couverture complète | Photos | Horaire | Résultats

Virat Kohli : Kohli a bien commencé au Centurion. Il ne s’est pas trompé de pied alors qu’il se dirigeait vers 35 courses sur 94 balles. Puis vint sa seule faute qui s’avéra fatale. Kohli a mené une livraison large directement au glissement et avec elle, sa sécheresse de course s’est poursuivie (rappelez-vous, son dernier siècle international est venu en 2019). Il a manqué à Johannesburg, et au Cap, il était de retour parmi les points, marquant 79 points. Il a peut-être raté un siècle, mais ces manches avaient écrit de la classe partout, en particulier sur un terrain rebondissant qui a également facilité certains mouvements. La capitainerie n’a peut-être pas été à la hauteur, mais Kohli, le frappeur, domine toujours les autres. Ses 143 balles 29 dans les deuxièmes manches des manches finales du test sont inhabituellement longues, par rapport à ce que faisait Rishabh Pant à l’autre bout. Là encore, il a poursuivi une large livraison et a péri à Lungi Ngidi.

7.5/10

KL Rahul : Rahul a eu un impact instantané en tant que vice-capitaine de test à Centurion. Il avait l’air clinique alors qu’il laissait de bonnes livraisons à l’extérieur et poursuivait les mauvaises qui lui rapportaient beaucoup de courses. Ses 123 courses ont permis à l’Inde de prendre un superbe départ et ont finalement ouvert la voie à la victoire de l’Inde. Néanmoins, en l’absence de Kohli, ses compétences en tant que capitaine ont fait l’objet d’un examen minutieux alors que l’Inde perdait sept guichets à Johannesburg. Mais cela ne devrait pas être alarmant car c’était son premier match en tant que capitaine. De plus, les frappeurs seniors ont déserté l’équipe qui a joué un rôle clé dans la défaite. Cependant, la bonne forme de KL s’est poursuivie alors qu’il menait de l’avant avec un cinquante dans les premières manches. Il est également resté le meilleur buteur de points pour l’Inde avec 226 points en 3 manches.

8/10

Mayank Agarwal : Agarwal a peut-être fait sa marque dans la série à domicile contre la Nouvelle-Zélande, mais sa technique au bâton laisse beaucoup à désirer, en particulier dans des conditions de test comme l’Afrique du Sud. Outre un 60 à Centurion, ses scores se lisaient comme suit : 4, 26, 23, 15 et 7. Il a obtenu des départs, mais ne l’a jamais converti. À plusieurs reprises, il a été affronté par Kagiso Rabada.

5/10

Cheteshwar Pujara : Pujara a fait le tour de ce pays et a claqué un siècle en 2013. Neuf ans plus tard, il est revenu en Afrique du Sud et a probablement mis un terme à sa carrière internationale. Bien qu’il soit encore très exagéré de supposer cela, car Kohli a déjà dit qu’il le soutiendrait, un joueur de sa stature avait l’air incertain au milieu tout au long, ce qui était néanmoins préoccupant. Il n’avait qu’un demi-siècle (53) qui est venu dans le deuxième test, et même alors, le comportement fluide manquait. Avec 124 points en six manches, Pujara a probablement été le plus gros flop indien de cette série.

3/10

Ajinkya Rahane : Tout comme Pujara, le moment décisif de Rahane est survenu à Johannesburg lors de la deuxième manche de l’Inde. Et tout comme Pujara, il mendiait. L’Inde était en difficulté et si le duo s’était accroché au milieu, non seulement l’Inde aurait pu gagner, mais elle aurait également pu ressusciter leur carrière. Comme mentionné, il est encore prématuré de dire que Rahane ne jouera plus pour l’Inde. Mais la pression monte sur lui avec diverses parties prenantes (anciens joueurs de cricket et fans) exigeant déjà son éviction. Le facteur chance a également disparu. Les scores de 9, 1, 0, 58, 48 et 20 en sont la preuve. Il a obtenu une moyenne de 22,66 dans la série.

3/10

Hanuma Vihari : Vihari n’a obtenu qu’un seul match et a fait de son mieux pour faire trembler la langue de beaucoup de ceux qui étaient déjà impressionnés par sa performance au SCG où il a sauvé le test pour l’Inde il y a exactement un an. Kohli a été exclu à Johannesburg et il a eu sa chance. Bien qu’il n’ait pas réussi à livrer dans les premières manches, il a forgé un acte d’arrière-garde avec un 40 défensif qui a aidé l’Inde à afficher un total respectable en Afrique du Sud. Cependant, cela n’a pas empêché Proteas de niveler la série.

6/10

Pantalon Rishabh : Le pantalon peut être mercuriel. À un moment donné, il pourrait être celui qui se ridiculise. Ensuite, il peut aussi être celui qui met le feu au jeu. À Johannesburg, il a suscité la colère de Sunil Gavaskar pour avoir joué un coup « rien » alors que l’Inde s’effondrait ; à Cape Town, il est devenu le deuxième centurion de la série à rester invaincu à 100. Malheureusement, il n’a pas pu mener l’Inde vers une victoire car d’autres l’ont abandonné; néanmoins, il a encore renforcé sa marque avec des siècles en Australie, en Angleterre et en Afrique du Sud. De plus, derrière les souches, il n’a pas fait de mal à sa réputation en réalisant 13 prises dans la série. Il n’y a pas eu d’erreur flagrante de sa part tout au long de la série.

8/10

Ravichandran Ashwin : Ashwin est un excellent spinner, et avec la théorie des 5 chaudières de Kohli, il incombe à Ashwin de contribuer avec la batte de manière substantielle, mais cette série, Ashwin a échoué. À Johannesburg et au Cap, l’Inde a connu des mini-effondrements ; si Ashwin s’était appliqué, cela aurait pu être pratique. En 3 manches, il n’a compté que 89 avec une moyenne de 14. Un frappeur de son calibre ne peut pas s’en tirer avec des performances médiocres. La marge de manœuvre ne peut être donnée que s’il vous obtient des guichets. En Afrique du Sud, il n’a remporté que trois guichets dans toute la série. Il n’a réussi que 64,1 overs malgré sa présence dans les trois matchs et a retourné une moyenne extrêmement élevée de 60,66.

4/10

Jasprit Bumrah : Bumrah a commencé sa carrière sur ces côtes en 2018 et a montré au monde de quoi il est capable. Quatre ans plus tard, il est retourné en Afrique du Sud en tant que fer de lance de l’équipe indienne. Il a ramassé 12 guichets en trois matches avec une superbe moyenne de 23. Au fil des ans, il est devenu encore plus fougueux avec son comportement. Il a eu des démêlés avec James Anderson en Angleterre, et en Afrique du Sud, il n’avait pas peur d’un jeune Marco Jansen. Cependant, sa petite bagarre avec Jansen était inutile et n’a pas été bien accueillie. Même Dale Steyn a dû tweeter: “Apprends à le prendre gamin.” Et alors que le monde était impressionné par ses courts sorts qui changeaient la donne, il n’a pas pu reproduire cette forme lors de la quatrième manche des tests de Johannesburg et du Cap.

7/10

Mohammed Chami : Shami continue d’avoir un impact constant sur l’Inde. Ses meilleures années ont probablement commencé en Afrique du Sud il y a quatre ans. Il a dominé les classements des guichets pour l’Inde, ramassant 14 guichets en trois matchs avec un taux de frappe de 42 ! avec les meilleurs chiffres de 5/44. Sa capacité à faire les choses dans les deux sens et à extraire un bon rebond le rend d’autant plus mortel dans Rainbow Nation. Mais il semblait qu’il manquait de soutien et sans Mohammad Siraj lors du dernier test, Shami et Bumrah avaient l’air trop cuits lors du troisième test et, comme Bumrah, lui aussi semblait s’évanouir lors de la deuxième manche.

8/10

Shardul Thakur : Tout comme Ashwin, le bâton de Shardul laissait beaucoup à désirer, mais son jeu de quilles était de première classe. Il a représenté 12 guichets en trois matchs avec un sept à Johannesburg. Son taux de grève était encore meilleur que la plupart des quilleurs indiens. Il a ramassé un guichet toutes les 36 balles. Son 7/61 à Johannesburg s’est avéré être les meilleurs chiffres de bowling pour un stimulateur indien en Afrique du Sud, mais à part cela, il a eu peu d’impact dans la série. C’était juste que, étant un joueur de bowling polyvalent, il aurait pu s’appliquer un peu.

7/10

Umesh Yadav : Umesh sortira-t-il jamais de l’ombre de Bumrah et Shami. Eh bien, si sa performance en Afrique du Sud est quelque chose à dire, la réponse reste un non ferme. Umesh n’a même pas participé aux deux premiers matchs de test et quand il l’a fait, il ne représentait que deux guichets. Malgré un bon rythme, Umesh peut être capricieux avec sa ligne et sa longueur. Umesh était le seul bower de chaque côté à fuir à plus de 4 runs par over, et ce malgré le fait de n’avoir joué qu’un seul match.

3/10

Obtenez toutes les nouvelles IPL et le score de cricket ici

 
For Latest Updates Follow us on Google News
 

PREV Un appel au 911 mène à une arrestation et à une accusation de conduite avec facultés affaiblies : GRC de la N.-É.
NEXT “Le système à double voie n’a pas été complètement aboli” – Ministère de l’éducation
----