Breaking news

Des survivantes des Premières Nations sensibilisent au cancer du sein

Des survivantes des Premières Nations sensibilisent au cancer du sein
Des survivantes des Premières Nations sensibilisent au cancer du sein

Un nombre surprenant de femmes autochtones et non autochtones de cette région ont eu un cancer du sein.

C’est ce qu’a observé Nanette Kapitan (une survivante de huit ans) après s’être installée dans la région de qathet début 2020. « J’étais allée faire des projections depuis le début de la vingtaine, et un jour c’est revenu positif », a déclaré Nanette. “Parce qu’il a été attrapé tôt, il était petit, mais une tumorectomie était nécessaire.”

Elle n’a trouvé aucun vêtement post-chirurgical pour mastectomie lorsqu’elle a emménagé ici – elle a donc décidé de faire quelque chose.

Kompassion for Kups est une entreprise fondée par Nanette, qui propose des produits Anita Care de haute qualité pour les femmes de cette région. Les vêtements et les prothèses aident les femmes à se sentir plus à l’aise et à soutenir après une chirurgie du cancer du sein. Parce qu’elle est un fournisseur de soins médicaux agréé dans la région, les clients peuvent demander un remboursement au BC MSP, à BC First Nation Health et aux régimes privés de soins de santé complémentaires.

« Je dis toujours que vous devez demander plus, vous ne pouvez pas simplement vous contenter ; défendez-vous, votre sœur, votre mère, votre grand-mère ou votre tante, pour n’en nommer que quelques-uns. Il existe des produits médicaux limités pour vous aider à vous sentir à l’aise, mais ils sont maintenant disponibles localement. C’est déjà assez difficile de traverser un cancer du sein et de se sentir à nouveau entière, ce qui est un réconfort mental dont aucune femme ne devrait se passer », dit Nanette.

Le message important de « allez faire un dépistage » n’est pas seulement pour le cancer du sein, mais aussi pour les cancers du col de l’utérus et colorectal.

« Nous encourageons chaleureusement votre mère, votre sœur, votre tante, votre grand-mère ou votre amie à participer. C’est une façon dont nous pouvons être certains de prendre soin de nos femmes.

Les femmes autochtones locales ont des taux de dépistage et de survie beaucoup plus faibles.

Ici, sur la côte, les taux de dépistage du cancer du sein sont beaucoup plus faibles chez les femmes autochtones que dans la population générale.

Environ 38 pour cent des femmes autochtones entre 50 et 69 ans ont été dépistées entre 2017 et 2019, comparativement à 54 pour cent de toutes les femmes de ce groupe d’âge.

Les taux de survie des membres des Premières Nations atteints de cancer sont inférieurs à ceux de la population générale.

Ashley Turner, directrice de la lutte contre le cancer chez BC Cancer, explique : « Il y a beaucoup de facteurs ici. Cela pourrait être dû en partie au fait que les Premières Nations reçoivent un diagnostic à un stade ultérieur », explique Ashley. Il est important de faire des dépistages pour détecter le cancer à un stade précoce, ce qui signifie une meilleure chance de survie et de meilleurs résultats pour la santé.

Selon le gouvernement du Canada, environ une femme sur huit contracte un cancer du sein à un moment de sa vie, généralement après l’âge de 50 ans.

PRENDRE SOIN DE NOTRE ÉVÉNEMENT FÉMININ

Le nouvel événement pour les femmes autochtones aura lieu le 21 octobre à 17 h 30 au Tla’amin Salish Centre (ou en ligne – vérifiez plus près de l’heure). Il y aura des présentations et des prix.

L’inscription communautaire à cet événement sera disponible sur la page Facebook de la Nation Tla’amin. Les t-shirts seront en vente début octobre à la Maison du gouvernement de la nation Tla’amin, et les bénéfices iront au Tla’amin Health Cancer Comfort Fund.

 
For Latest Updates Follow us on Google News
 

PREV Les taux de vaccination contre le COVID-19 restent faibles chez les chauffeurs routiers – NTVUganda
NEXT major-général. Dany Fortin fait appel de la décision de la cour dans le but de revenir à la tête du déploiement du vaccin COVID-19 au Canada
----