Après deux décennies, le télescope Webb est terminé et en route vers son site de lancement – ​​Spaceflight Now

Le télescope spatial James Webb, vu ici plus tôt cette année dans l’usine de Northrop Grumman à Redondo Beach, en Californie, a quitté les États-Unis en direction de la Guyane française pour les préparatifs de lancement. Crédit : NASA/Chris Gunn

Un navire transportant le télescope spatial James Webb de 10 milliards de dollars a quitté un port du sud de la Californie le week-end dernier pour entamer un voyage de près de deux semaines vers Kourou, en Guyane française, où il commencera les derniers préparatifs du lancement le 18 décembre sur une fusée européenne Ariane 5.

“Le télescope spatial James Webb est terminé”, a déclaré Paul Hertz, chef de la division d’astrophysique de la NASA, lors d’une présentation au comité consultatif d’astronomie et d’astrophysique plus tôt cette semaine. « Nous avons arrêté de travailler dessus. Il est en route vers la rampe de lancement pour un lancement le 18 décembre.

Eric Smith, scientifique du programme de la NASA pour le télescope Webb, a confirmé mercredi que l’observatoire avait quitté les États-Unis après avoir terminé les derniers tests dans une installation de Northrop Grumman à Redondo Beach, en Californie.

“Nous sommes en transit vers Kourou, après avoir quitté la zone continentale des États-Unis maintenant”, a déclaré Smith lors de la réunion du comité consultatif.

La NASA garde secrets les détails de l’horaire spécifique du voyage de l’observatoire pour des raisons de sécurité. Le navire transportant le télescope Webb traversera le canal de Panama pour passer de l’océan Pacifique à la mer des Caraïbes, puis terminera le voyage jusqu’à Kourou, en Guyane française.

Smith a déclaré que les chefs de mission disposaient de 13 jours de marge pour que Webb soit prêt pour le lancement le 18 décembre. Le décollage est prévu en milieu de matinée, heure locale, en Guyane française.

Outre le travail pratique sur Webb lui-même, Smith a déclaré que la NASA et l’ESA surveilleront de près le lancement d’une fusée Ariane 5 le mois prochain avec un satellite de communication commercial SES et un vaisseau spatial militaire français. La date de lancement de Webb, le 18 décembre, dépend du succès de cette mission.

L’expédition du télescope Webb en Guyane française fait suite à une série de tests à Northrop Grumman pour s’assurer que le vaisseau spatial peut résister aux rigueurs du lancement. Les tests ont soumis l’observatoire aux vibrations et à l’énergie sonore qu’il verra à l’intérieur du carénage de charge utile de son lanceur Ariane 5.

Ensuite, les ingénieurs ont effectué des tests finaux pour déployer les miroirs et le pare-soleil de l’observatoire, vérifiant que les mécanismes de déploiement sont prêts à fonctionner. C’était la dernière fois que les composants de Webb se déploieraient en configuration de vol avant le décollage.

Une fois ces tests terminés, les équipages de Northrop Grumman ont replié l’observatoire et l’ont placé dans un conteneur maritime climatisé pour le voyage en Guyane française.

Webb, successeur du télescope spatial Hubble, est un projet conjoint entre la NASA, l’Agence spatiale européenne et l’Agence spatiale canadienne. Le coût total de l’observatoire avoisine les 10 milliards de dollars, faisant de Webb la mission scientifique la plus coûteuse et la plus complexe jamais lancée.

Les travaux de conception sur Webb ont commencé dans les années 1990 et la NASA a attribué un contrat à Northrop Grumman en 2002 pour superviser la construction de l’observatoire. Avec l’expédition de Webb à Kourou, le projet est dans la dernière ligne droite avant le lancement.

L’une des contributions de l’ESA est la fusée Ariane 5 qui lancera Webb vers son poste d’exploitation à près d’un million de miles (1,5 million de kilomètres) de la Terre.

Après le lancement, l’observatoire entamera une séquence de déploiements décisifs pour étendre son panneau solaire, son antenne à gain élevé et ses segments de miroir. Webb dispose également d’un pare-soleil à cinq couches pour protéger ses miroirs, ses détecteurs et ses instruments scientifiques, gardant le télescope à une température inférieure à moins 370 degrés Fahrenheit ou moins 223 degrés Celsius.

Fabriquée en Kapton revêtu d’aluminium, chaque couche de pare-soleil est aussi fine qu’un cheveu humain. Le parasol s’étendra à la taille d’un court de tennis une fois que Webb sera dans l’espace.

Les instruments infrarouges de l’observatoire scruteront les régions les plus anciennes et les plus éloignées de l’univers pour étudier certaines des premières étoiles et galaxies qui se sont formées après le Big Bang il y a plus de 13,5 milliards d’années.

Les astronomes utiliseront également Webb pour examiner comment les galaxies se forment et évoluent, pour étudier la naissance des étoiles et pour en savoir plus sur les atmosphères des planètes qui peuvent être hospitalières pour la vie en dehors de notre système solaire.

Concept d’artiste du télescope spatial James Webb dans sa configuration entièrement déployée. Crédit : NASA/Space Telescope Science Institute

Une fois que Webb arrivera au Centre spatial guyanais, le site de lancement d’Ariane 5 en Amérique du Sud, les équipes déballeront l’observatoire de sa caisse d’expédition et commenceront les tests de «vie» et de systèmes pour s’assurer que le vaisseau spatial a résisté au voyage intercontinental depuis la Californie.

L’équipement de soutien au sol pour Webb est déjà arrivé au Centre spatial guyanais.

“Ils commencent à assembler les parois du filtre HEPA”, a déclaré Smith. « Cela nous donnera un environnement plus propre dans les installations de traitement. Les gens sont donc sur le terrain à Kourou depuis environ une semaine pour nous installer. »

Les contrôleurs du Space Telescope Science Institute de Baltimore prendront le commandement de Webb après sa séparation de la fusée Ariane 5 environ une demi-heure après le décollage. Smith a déclaré que l’équipe de contrôle à Baltimore effectuera un dernier exercice de préparation pour le lancement et la mise en service de Webb le mois prochain.

“Ce sera l’exercice de préparation au lancement n ° 6”, a déclaré Smith. “Grâce à tous, tous les aspects des déploiements et de la mise en service de l’observatoire auront été exercés.”

D’autres travaux prévus au Centre spatial guyanais incluent le montage de Webb sur son adaptateur de charge utile, la structure qui le fixera au sommet de la fusée Ariane 5. Ensuite, les techniciens chargeront des propulseurs toxiques à base d’hydrazine et de tétroxyde d’azote dans le vaisseau spatial.

Les propergols liquides alimenteront les propulseurs de manœuvre de Webb pour maintenir le vaisseau spatial sur sa trajectoire vers sa destination à un million de kilomètres de la Terre et maintenir sa trajectoire autour du deuxième point de Lagrange, ou L2. En orbite autour de L2, l’équilibre de l’attraction gravitationnelle de la Terre et du soleil maintiendra Webb dans une région relativement stable, offrant à l’observatoire une vue imprenable sur l’espace lointain.

Les équipes au sol en Guyane française déplaceront ensuite le vaisseau spatial vers le bâtiment d’assemblage final de la fusée Ariane 5 pour l’empiler sur le lanceur. L’Ariane 5 entièrement assemblée sera déployée sur la rampe de lancement du Centre spatial guyanais un jour avant le décollage.

La mise en service après le lancement de Webb durera environ six mois, a déclaré Smith. Ce temps comprend tous les déploiements d’observatoires, la croisière vers le lieu d’observation de Webb au-delà de l’orbite de la lune et le refroidissement progressif des détecteurs infrarouges du télescope à des températures cryogéniques.

Les conditions très froides permettront aux instruments du télescope d’être suffisamment sensibles pour détecter la faible lumière ancienne de certains des objets les plus anciens de l’univers.

Envoyez un e-mail à l’auteur.

Suivez Stephen Clark sur Twitter : @StephenClark1.

 
For Latest Updates Follow us on Google News
 

PREV La merveilleuse physique des moucherons en essaim
NEXT Vie et culture à bord de la Station spatiale internationale
----